Quand la démagogie tient lieu de ligne politique

Lors de son intervention en direct du Conseil Territorial dans le journal télé de RFO de ce mardi 24 mars, le Président Stéphane ARTANO a cru bon de déclarer que l’opposition avait voté contre le projet de « couverture » des terrains de tennis situés près du Centre Culturel et Sportif.

Cette interprétation est tendancieuse car, bien évidemment, ce dossier n’a jamais été cité comme raison de notre opposition au vote du budget 2009 de la Collectivité Territoriale. Bien au contraire ! J’ai d’ailleurs précisé en séance que notre opposition portait sur la « philosophie générale » de ce budget et non pas sur les projets qu’il contenait dont beaucoup recevaient notre approbation !

Si Cap Sur l’Avenir a bien voté globalement contre le Budget Primitif 2009 de la Collectivité, ce vote avait pour objectif de montrer notre mécontentement face au maintien de la pression fiscale que subissent les habitants de l’Archipel depuis 2006 et l’arrivée de l’équipe d’Archipel Demain aux commandes du Conseil Territorial (rappelons ce chiffre : 350 euros de plus en impôts et taxes pour chaque habitant de l’Archipel depuis 2006 !! ), mais aussi pour protester devant la faiblesse du budget d’investissement 2009 ( – 25 % par rapport à 2008 !! ) et ses conséquences inévitables sur l’activité de secteur du BTP et donc l’emploi. Voilà les 2 raisons qui ont justifié notre opposition au vote du Budget 2009 de la Collectivité.

Petite précision : Si 150 000 euros ont bien été inscrits au budget 2009 pour la couverture des terrains de tennis situés près de CCS, ces 150 000 euros ne concernent que des frais … d’études !! Le financement du projet en lui-même n’est programmé que pour 2010 et 2011.

Yannick CAMBRAY

0 Réponses à “Quand la démagogie tient lieu de ligne politique”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...