• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 4 juin 2009

Archive journalière du 4 juin 2009

Changeons l’Europe ensemble !

 Défendre les intérêts de l’Archipel en 5 points…

circulairespm2.jpg
Avec les mouvements Cap sur l’avenir et Ensemble pour construire, avec les fédérations locales du PS et du PRG, Samedi 6 juin, mobilisons nous et votons pour la liste PS menée par Ericka Bareigts !

Marie-Luce Penchard lâchée par l’UMP en Guadeloupe !

mlpenchard.jpgLa présidente de la section locale de l’UMP Guadeloupe Gabrielle Louis-Carabin, a confirmé qu’elle votera pour la liste Europe Ecologie aux Européennes. Une vraie claque pour Marie-Luce Penchard, tête de la liste UMP Outre-mer aux Européennes, désavouée par son propre parti dans son propre pays !

Madame Louis-Carabin précise qu’elle s’oppose ainsi à la décision anti-démocratique prise à Paris de nommer Marie-Luce Penchard comme tête de liste de l’Outre-mer aux européennes. Cette nomination qui aurait pour but (inavoué) de « tester » Marie-Luce Penchard (fille de la sénatrice guadeloupéenne Lucette Michaux-Chevry), en vue des élections régionales de 2010. En effet, l’UMP a pour objectif de ravir la Région Guadeloupe au socialiste Victorin Lurel.

Dans tout cet imbroglio de manoeuvres politiques, de quel secours pourrait être Marie-Luce Penchard pour Saint-Pierre et Miquelon ?
Si tant est qu’elle puisse être élue, tant elle ne fait pas l’unanimité dans son propre parti et dans son propre département.

Entre ses ambitions pour le Conseil Régional de Guadeloupe et ses problèmes internes à l’UMP, Madame Penchard risque d’avoir d’autres chats à fouetter que les problèmes de l’Archipel dans les prochains mois…

Spécial « Elections européennes » : Rôle et Pouvoirs des députés européens

Le 7 juin, vers 18H00 heure locale, les derniers bureaux de vote fermeront leurs portes dans l’Union Européenne (Rappel important : à St-Pierre et Miquelon, nous voterons le samedi 6 juin de 8H00 à 18H00). Se dessinera alors progressivement le visage du nouveau Parlement européen. 736 députés auront été élus, dont 72 en France (et plus spécifiquement 3 pour la circonscription Outre-Mer). Ils détermineront en grande partie l’orientation politique de la construction européenne pour les cinq ans à venir.

Aux côtés du Conseil de l’Union européenne, où siègent les Etats membres, et qui représente l’intérêt général, le Parlement est l’une des pièces maîtresses de l’échiquier institutionnel et politique européen. Le Parlement européen n’a pas d’équivalent au monde; il est le premier parlement transnational élu au suffrage universel direct. Le Parlement européen, qui siège à Strasbourg, dispose en effet de l’ensemble des pouvoirs propres à une assemblée représentative : pouvoir législatif, budgétaire et de contrôle.

En matière législative, les députés ont vu leurs pouvoirs considérablement renforcés depuis l’introduction du principe de « codécision » prévu par le traité de Maastricht adopté en 1992 : il donne au Parlement et au Conseil le même poids dans les domaines tels que le transport, l’environnement ou la protection des consommateurs, grâce à son droit d’amender les projets de textes européens. Aujourd ‘hui, deux tiers des lois européennes sont adoptées conjointement par le Parlement et le Conseil. A noter que le traité de Lisbonne, en cours de ratification par les Etats membres, prévoit la généralisation de la procédure de codécision qui s’appliquerait ainsi à la quasi-totalité des domaines de compétences communautaires.

Les députés européens votent les dépenses dites « non obligatoires » du budget de l’Union européenne, qui s’élèvent au total à 134 milliards d’euros en 2009. Ces dépenses non obligatoires portent sur des secteurs fondamentaux pour la construction communautaire, comme le réseau de transports européen, l’énergie, l’environnement, l’éducation ou encore le soutien à l’emploi et aux régions défavorisées, tandis que les dépenses « obligatoires » concernent la politique agricole commune ( PAC ) et les dépenses liées aux accords internationaux. Si le traité de Lisbonne est ratifié, c’est sur l’ensemble du budget que le Parlement européen sera appelé à se prononcer.

Le pouvoir de contrôle des députés se traduit notamment par la possibilité de nommer des commissions d’enquête, comme ce fut le cas récemment à propos des vols secrets de la CIA à destination de bases militaires américaines en Europe ou lors de la crise de la vache folle.

S’il revient au Parlement d’approuver la nomination du président de la Commission, proposée par le Conseil, ainsi que la composition de l’ensemble du collège des commissaires, il a aussi le pouvoir de renverser cette même commission en votant une motion de censure. En 1999, la commission Santer, craignant une telle procédure, a démissionné. A l’avenir, l’élection du président de la Commission européenne par les députés, prévue dans le traité de Lisbonne, donnera un rôle décisif au Parlement et ouvrira la voie à une politisation encore plus nette de son action.

parlement2009.jpg

Dans la mandature qui se termine vous constaterez que le Groupe socialiste au Parlement européen était le second en nombre avec 217 députés. Ce samedi 6 juin, c’est l’occasion de donner une nouvelle orientation politique au Parlement européen, une orientation plus sociale. Il n’en dépend que de vous.

A l’occasion de ces élections européennes, nous vous rappelons que les deux mouvements politiques locaux, « Cap Sur l’Avenir » et « Ensemble pour Construire », ainsi que les fédérations locales du Parti Socialiste (PS) et du Parti Radical de Gauche (PRG) ont décidé de s’unir derrière la liste du Parti Socialiste conduite par Ericka BAREIGTS. Cette union locale en faveur de la liste PS s’est concrétisée par la publication d’une circulaire spécifique à notre Archipel.

Sources infos : « L’Europe en France » de mai 2009.




DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...