Cela ne nous regarde pas !

CM
Lors de la séance du 2 avril dernier, M Oswen Lafitte avait, dans une démarche constructive, suggéré au nom du groupe Cap sur l’Avenir la rédaction d’un courrier commun majorité-opposition au Ministère des Outre-Mer afin de solliciter une aide financière pour accompagner la commune dans sa volonté de rénover ses chaussées.
Suite à cela, l’ensemble des élus de Cap sur l’Avenir ont adressé un courrier aux trois responsables des collectivités locales afin que soit organisée, dans les plus brefs délais, une réunion de travail afin de mutualiser la demande auprès de l’Etat.
Sans nouvelles, M Lafitte est intervenu lors de la séance du 5 mai. Voici son intervention :

« Juste une intervention si vous le permettez concernant la dotation supplémentaire de 350 K € pour le réseau de voirie.

Cette dotation supplémentaire amène le programme municipal en investissement pour voirie aux alentours de 650 K €.

Je vous rappelle que l’étude que nous avons menée avec les professionnels du secteur établit la nécessité d’un programme pluriannuel de 1 M et demi d’€ afin de rétablir le réseau aujourd’hui sinistré, analyse que vous ne contestez pas et que vous avez même souhaité surenchérir à hauteur de 2 M d’€ sur les ondes de SPM 1ère sans doute sans tenir compte du fait qu’une ristourne est évidemment négociable en pareille situation mais passons.

Si les difficultés persistantes d’investissement de la Mairie nous inquiètent forcément, votre attitude à la suite du dernier conseil municipal nous interpelle bien davantage !

En effet, dans un souci de travail collectif et pour éviter les polémiques, nous n’avions pas souhaité relever à cette occasion l’inaction pourtant avouée de la Mairie auprès des instances gouvernementales concernées, et ce depuis maintenant tout de même 13 ans. Au contraire, nous avions souhaité privilégier une action commune et concertée afin de faire fi des divergences et de répondre à l’inquiétude légitime de la population.

Mais bien que vous ayez en séance accepté immédiatement notre proposition de courrier commun auprès de ces ministères, il nous semble important de signaler à la fois aux membres du conseil municipal ici présent mais également à la population que cette déclaration n’était de toute évidence rien de plus qu’un écran de fumée !

En effet, nous n’avons eu depuis lors aucun retour sur le sujet alors même que, selon vos dires ici même en séance, vous nous avez assuré vouloir y travailler « dès le lendemain ». Mais plus grave encore lorsque notre mouvement vous a envoyé un courrier de relance pour l’organisation d’une table ronde sur le sujet, vous n’avez même pas daigné y répondre ! Seule la FEA BTP a répondu favorablement afin de participer aux discussions et aux négociations.

La seule conclusion possible à nos yeux de cette attitude Madame le Maire est que vous avez eu peur que l’on vous fasse de l’ombre sur un sujet où visiblement vous préférez avancer seule pour en endosser la totalité du crédit quitte à n’obtenir que des avancées de faible envergure voire même à échouer et au final à ce que la population en subisse une nouvelle fois les conséquences.

Cela m’amène donc à une question simple madame le Sénateur-Maire : Travailler pour l’intérêt général, n’a t-il pour vous de sens que si cela peut coïncider avec votre intérêt politique particulier ? La question se pose me semble t-il, non ?

Je terminerai en tout cas cette intervention en vous donnant notre sentiment et en profiter pour rectifier une idée préconçue : ce n’est pas des rigueurs de l’hiver, madame le Sénateur-Maire, dont nos concitoyens ont à souffrir le plus, mais bien d’une action politique qui consiste trop souvent à tirer la couverture à soi.

Je vous remercie de votre attention. »

Mme le Sénateur-Maire n’a pas souhaité nous aviser qu’une réunion entre donneurs d’ordre avait eu lieu la semaine précédente, ni quelles conclusions en ont émergé.
A l’heure où les valeurs républicaines sont plus que jamais mises à l’honneur, Mme Karine Claireaux a répondu :

« Vous ne savez rien de ce que je fais et cela ne vous regarde pas ! ».

Certes, nous ne sommes pas élus de la majorité mais nous sommes élus de la République ! A ce titre il est de notre devoir de défendre l’intérêt général et de représenter la population au sein de cette assemblée …républicaine.
  • Journal radio de SPM Première :

1 Réponse à “Cela ne nous regarde pas !”


  • Le véritable visage se découvre encore un peu plus…
    Ne surévaluons pas la conjonction « pourtant ». Elle indique l’opposition. Pas la négation. Nuance. Si je dis  » madame le Sénateur-Maire n’a pas soif de pouvoir. Pourtant… », la seconde proposition ne contredit pas la première. Elle ne fait qu’en souligner la singularité en lui opposant une anormalité conjoncturelle subjective de base. La guéguerre à laquelle se livre la majorité montre à quel point ces pibales et ces tarets s’insinuent et s’infiltrent dans notre vie pour la pourrir. C’est une véritable pétaudière. La « caca phonie » qui règne dans notre archipel a de quoi inquiéter. En tout cas, cela ne vaut même pas la peine d’applaudir des deux mains madame le Sénateur-Maire, car son jeu est d’une médiocrité absolue et empreint d’un dédain non feint… mais à force d’essayer de tirer toutes les couvertures à soi, on finit toujours un jour ou l’autre par s’étouffer….

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...