Archive pour la Catégorie 'Economie'

CT : aucun Contrat de Développement avant la mi-2019 ?

CT_181218.3

Lors de la séance officielle du Conseil territorial de ce 18 décembre 2018, les conseillers territoriaux de Cap Sur L’Avenir ont interpelé le Président Lenormand sur l’absence de mention quelconque concernant le nouveau Contrat de Développement, alors que le Contrat 2015-2018 expire très prochainement.

Pour rappel, le Contrat de Développement Etat-Collectivité est le document central et essentiel pour l’action de la Collectivité, avec le soutien de l’Etat. C’est lui qui programme les chantiers majeurs sur 4 années.

Il est donc inacceptable et mortifère pour l’économie de l’Archipel d’entendre répondre par le Président Lenormand que les travaux avec l’Etat n’ont débuté qu’en Novembre 2018, que cela prend « 6 à 8 mois » et qu’il n’y aura donc vraisemblablement pas de contrat 2019-2022 avant juin 2019 au plus tôt !

Quand on sait le temps que prend l’organisation concrète des chantiers par la suite, c’est une bonne année de perdue pour l’économie de l’Archipel, et en l’occurrence ce n’est pas l’Etat qui traîne, mais plutôt la majorité Archipel Demain qui n’arriverait pas à se mettre d’accord en interne sur les projets !

Et le Président Lenormand de répondre que tout cela est normal et qu’il n’y a aucun souci à se faire… Encore du « cinéma », sans doute ?

Cap sur l’économie bleue avec le MEDEF !

5044B71A-5BC6-499A-9C32-31A75845E49ALe MEDEF national a dévoilé mercredi son programme pour l’Outre-mer en 2020. Nous ne pouvons que saluer le clin d’oeil (certainement involontaire) du MEDEF à notre mouvement Cap Sur l’Avenir ! (voir photo ci-dessus)

La stratégie développée par les entrepreneurs se rapproche cependant de celle que nous portons depuis des années pour sortir notre Archipel du marasme économique dans lequel il se trouve, avec des secteurs stratégiques à développer :  « le tourisme, la biodiversité, l’économie bleue avec notamment la pêche et l’énergie ». Et parmi les mesures spécifiques souhaitées pour Saint-Pierre-et-Miquelon, rappelées par Roger Hélène (Président du MEDEF local) : un soutien financier public afin que le port de Saint-Pierre devienne une plateforme entre l’Europe, les Etats-Unis et le Canada. C’est ce que nous défendons depuis des années pour SPM, et c’est un travail qu’Annick Girardin a poursuivi avec son entrée au gouvernement : une puissance publique au service du développement de l’activité privée dans les territoires d’Outre-Mer. 

C’est également parce qu’il partage cette vision, que Manuel Valls, alors Premier Ministre, a annoncé le soutien de l’Etat à plusieurs projets d’avenir structurants pour notre territoire : rénovation du quai en eaux profondes, inventaire de nos ressources maritimes, fonds de modernisation au secteur halieutique.

Nous sommes à un tournant, plusieurs choix devront être faits dans les prochains mois, et l’interrogation du MEDEF sonne juste : « le prochain locataire du palais de l’Elysée aura-t-il une vision, une stratégie pour les territoires d’Outre-mer ? ».

Le soutien des acteurs économiques à la stratégie de développement pour SPM impulsée sous ce quinquennat est une excellente nouvelle : notre force serait en effet de tous partager, public et privé, politiques et entrepreneurs, le même cap sur l’avenir !

Petits-déjeuners économiques

Annick GIRARDIN, Stéphane CLAIREAUX et Yannick CAMBRAY
organisent 3 petits-déjeuners/rencontres
à la permanence de CAP SUR L’AVENIR
7, rue René Autin à Saint-Pierre

Mercredi 4 janvier 2017
8h30->10h00 « SPM : plateforme de services portuaires et aéroportuaires ? »

Jeudi 5 janvier 2017
8h30->10h00 « Le commerce, l’artisanat et les services à SPM »

Vendredi 6 janvier 2017
8h30->10h00 « pêche et aquaculture, développement des activités liées à l’exploitation de nos ressources marines »

Si vous souhaitez participer à l’une de ces rencontres, merci de vous inscrire à l’adresse : secretariat@capsurlavenir.fr

Annick Girardin invitée du 12h30 de SPM 1ère

AG_spm1ere_301215

Le 30 décembre dernier, Annick Girardin, Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie, mais aussi conseillère territoriale d’opposition et Présidente du mouvement Cap sur l’avenir, était l’invitée de la rédaction de SPM 1ère :

Mission d’assistance générale à la passation du contrat de délégation de service public pour la desserte maritime en fret de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon

IMG_0581
Jeudi 23 juillet, les élus de Cap sur l’Avenir Annick Girardin, Stéphane Claireaux, Yannick Cambray et Maïté Légasse recevaient Nicolas Gohel de la société de conseils Advisory Services, en charge de la mise en oeuvre pour le compte de l’Etat d’un appel d’offre pour la délégation de service public de la desserte maritime en fret de l’Archipel.

Forts d’un travail de plusieurs années sur le sujet, les élus de Cap sur l’Avenir ont étayé leurs propos de leurs notes et travaux élaborés sur la question depuis 2004.

Ils ont ainsi renouvelé leur vision de la DSP et insisté à nouveau sur les préalables incontournables que sont :

  • La nécessité de doter notre Archipel d’un véritable service public de la desserte maritime dont la gestion pourrait être confiée à un GIP (Groupement d’Intérêt Public) ou une SEM (Société d’Economie Mixte), seule solution à leurs yeux pour que notre Archipel dispose d’une desserte fiable, viable et pérenne ;
  • La pertinence d’envisager la desserte de SPM de façon globale, via Halifax, mais en incluant aussi celle de Miquelon et celle de Terre-Neuve. Rappelons à ce propos que c’était l’objectif en 2009 de la pétition organisée par Cap sur l’Avenir, signée par plus de 1200 Saint-Pierrais et Miquelonnais, mais que le Président de la Collectivité Stéphane Artano, avait alors royalement ignorée, avec mépris… que de temps perdu… ;
  • Les importateurs locaux ne devraient pas gérer la desserte maritime en fret afin d’éviter toute confusion ou suspicion ;
  • La simplification de la grille tarifaire est pertinente, mais ne doit pas impacter les prix : la contribution des Saint-Pierrais et Miquelonnais doit être identique à celle d’aujourd’hui.

Les élus de Cap Sur l’Avenir ont souligné la nécessité de tenir compte dans l’élaboration de cette nouvelle Délégation de Service Public (DSP) du projet « ferries » de la Collectivité Territoriale et de celui de Hub Maritime de la société NTAC (projet plus connu sous le nom de « Grand Port »). En effet, si ces projets se concrétisent, ils impacteront de manière significative la desserte maritime de notre Archipel. Cette nouvelle DSP ne peut donc être que « transitoire » et ne permettra sans doute pas d’ouvrir ce marché à beaucoup de compétiteurs, d’autant que le calendrier fixé par l’administration pour le déroulement cet appel d’offre est très serré.

123



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...