Archive pour la Catégorie 'Economie'

Page 3 sur 3

DESSERTE MARITIME : un Service Public, un point c’est tout !

Au moment où semble régner un certain flottement autour du dossier de la desserte maritime de l’Archipel au Secrétariat d’Etat à l’Outre-Mer, il nous est apparu opportun de rappeler encore une fois la position de Cap Sur l’Avenir.

Voilà 5 ans que le Mouvement Cap Sur l’Avenir réclame (en vain !) la mise en place d’un Service Public pour la desserte maritime de notre Archipel.

Note CSA du 12/10/09 : DESSERTE  MARITIME  : un Service Public, un point c'est tout ! dans Economie pdf csadesserte121009.pdf

Notre entêtement ne relève pas d’une obstination idéologique, mais belle et bien d’une analyse objective de ce dossier.

Quel constat peut-on tirer de la déplorable « saga » du transport que nous vivons en direct depuis bien trop longtemps ?

  • L’Etat et la Collectivité Territoriale déboursent aujourd’hui plus ou moins 5 Millions d’euros par an pour assurer la desserte maritime en fret et passagers de l’Archipel, si l’on y inclut l’inter-îles et l’international ! Oui, vous avez bien lu, 5 Millions d’euros, soit, pour les nostalgiques du Franc, 33 Millions de nos anciens francs !!
  • Nous sommes desservis depuis 2004 par un navire sous pavillon étranger, armé par des marins étrangers (sauf peut être 2 marins… et encore), alors qu’il y a seulement quelques années, l’Archipel disposait de son propre navire, armé en majorité avec des marins locaux !
  • Le coût du fret n’a cessé d’augmenter depuis 2004 et l’on nous promet même un « bonus » sur le coût du fret de +30% pour « accompagner » la Délégation de Service Public (DSP) que vient de signer l’Etat avec la société TSI !
  • Jamais, Ô grand jamais, l’Archipel n’a connu un tel « souk » dans sa desserte en fret et passagers ! Pour se rendre sur Miquelon ou Langlade c’est de nos jours un vrai parcours du combattant – voir le témoignage ci-dessous de Michel Borotra – qui attend les usagers. Sans parler de la desserte sur Fortune et de ses conséquences sur la fréquentation touristique !
  • Avec une Délégation de Service Public (DSP), le transport est devenu le « champ de bataille », le « lieu de confrontation » entre les principaux commerçants, importateurs et entrepreneurs locaux.

Pour mettre fin à ce mauvais scénario qui ruine nos finances (et nos entreprises), le Mouvement Cap Sur l’Avenir estime que :

  • La mise en place d’un « service public » pour la desserte maritime en fret et en passagers de l’Archipel, regroupant les moyens financiers de l’Etat et de la Collectivité Territoriale (rappelons-le, environ 5 Millions d’euros) est la seule solution viable et raisonnable pour régler une bonne fois pour toutes ce dossier.
  • Le traitement de la problématique de la desserte maritime de notre Archipel doit se faire globalement. En clair, elle doit inclure le fret, les passagers, tant au niveau de l’inter-îles que de l’international (Miquelon – Langlade – Fortune – Halifax).
  • Un « service public » permettrait à l’Archipel de se doter de ses propres outils de travail, avec à la clé des emplois locaux (eu égard aux sommes investies dans ce secteur par les pouvoirs publics – Etat comme Collectivité Territoriale – cela serait la moindre des choses à laquelle nous pourrions prétendre).
  • Un « service public » aurait l’avantage de fonctionner indépendamment de tout commerçant, entrepreneur et importateur local, ce qui ramènerait un peu de sérénité autour de ce dossier.

On pourra tenir tous les plus beaux discours du monde, mais rien n’y fera. Tant que l’Etat et la Collectivité Territoriale n’auront pas compris que le dossier de la desserte maritime nécessite une mutualisation de leurs moyens financiers, humains, techniques et matériels, et que cette desserte doit se traiter de façon globale, nous retomberons, à notre grand désarroi, dans les mêmes travers.

Pour Cap Sur l’Avenir, la desserte maritime de l’Archipel passe par un « service public » qui doit prendre en charge l’inter-îles et l’international, en fret et en passagers.

Yannick CAMBRAY

CSA rencontre les dirigeants d’entreprise concernant leur participation possible au RSTA

Les deux conseillers territoriaux de Cap Sur l’avenir, Annick GIRARDIN et Yannick CAMBRAY, ont organisé une réunion d’information pour les professionnels du secteur économique de l’Archipel ce lundi 18 mai à 18h dans les locaux de la CACIMA.

Cette réunion avait pour objectif d’informer les dirigeants d’entreprise sur le RSTA (Revenu Supplémentaire Temporaire d’Activité), une mesure destinée à redonner du pouvoir d’achat aux salariés percevant des bas salaires (jusqu’à 1,4 SMIC, soit 1842 euros).

Note explicative sur le RSTA : CSA rencontre les dirigeants d'entreprise concernant leur participation possible au RSTA dans Economie pdf notersta180509.pdf

Les dirigeants du monde socio-économique de l’Archipel présents à cette réunion (dont des représentants des secteurs du BTP, Pêche, Tourisme, Service et Commerce) ont exprimé, a priori, un avis favorable sur cette nouvelle mesure, étant bien entendu qu’une position officielle ne pourra être prise qu’une fois connu l’avis de l’ensemble des employeurs. Une inter-syndicale patronale devrait se créer et se réunir tout prochainement, et des réunions de travail être programmées avec le Conseil territorial et les autres organisations syndicales de salariés.

L’objectif des élus de Cap Sur l’avenir dans ce dossier est donc atteint.

Le dialogue social doit désormais prévaloir, au Président du Conseil territorial maintenant de  mettre en phase ses paroles avec ses actes.

Rappelons que l’objectif essentiel de cette mesure est de donner un véritable « coup de pouce » au pouvoir d’achat des salariés de l’Archipel qui en ont le plus besoin et de relancer par la même occasion l’activité économique par la consommation.

Yannick CAMBRAY

Fonctionnaires, le Gouvernement frappe fort… et tout le monde sera touché !

Mettre un terme au fait que des retraités fonctionnaires d’Etat métropolitains puissent venir s’installer Outre-mer pour bénéficier d’une « sur-retraite » alors qu’ils n’y ont jamais mis les pieds, cela ne nous choque pas.

Mais derrière la suppression de ces « retraites dorées », c’est à une réforme plus générale du système de retraite Outre-mer que nous aurons droit. Et cela, peu de monde semble le réaliser…

Le Gouvernement souhaite en effet remettre en cause – de façon générale cette fois – les régimes de retraite Outre-mer dans les trois fonctions publiques, avec certainement en arrière pensée, la fin de l’indexation des salaires pour tous les fonctionnaires actifs !

Après la suppression des « retraites dorées » que nous approuvons, le Gouvernement souhaite :

-    mettre fin à l’Indemnité Temporaire de Retraite (I.T.R.) de tous les fonctionnaires d’Etat, sans exception, d’ici à 2027, et là attention… vous êtes tous concernés… de la catégorie A à la catégorie C ;
-    mettre fin à la bonification d’ancienneté d’une année pour trois ans d’activité, des fonctionnaires d’Etat, territoriaux et hospitaliers ! (le Gouvernement entend ramener cette bonification à une année de gagnée pour dix ans d’activité !).

Avec cette réforme, au-delà des fonctionnaires,
c’est tout l’Archipel qui est concerné,
car c’est l’ensemble de notre économie qui va trinquer !

Cette perte annoncée du pouvoir d’achat de l’ensemble des fonctionnaires, actifs et retraités confondus, aura une incidence directe sur l’économie de Saint-Pierre et Miquelon et touchera donc, par ricochet, les autres secteurs que sont les Services, le Commerce et le BTP.

Moins d’argent dans le circuit économique local,
c’est un appauvrissement assuré pour tous !

Plutôt que de niveler par le bas le taux des retraites, c’est  une revalorisation des retraites du privé que nous réclamons au Gouvernement.

Afin de débattre sur cette réforme des retraites de la fonction publique, et dans le but de définir un plan d’action pour manifester notre opposition à celle-ci, le mouvement « Cap Sur l’Avenir » organise une réunion d’information le mardi 14 octobre à 18h à la permanence du mouvement, 7 rue René Autin à Saint-Pierre (ex épicerie Robin Drillet).

Bienvenue à tous !

La version PDF de la circulaire déposée dans les commerces :

Fonctionnaires, le Gouvernement frappe fort… et tout le monde sera touché !  dans Economie pdf communiqucsa091008.pdf

EDC : le point sur le projet

Le jeudi 17 Avril dernier à 17h30, tous les conseillers Territoriaux étaient invités à assister à une réunion d’information sur le dossier EDC dans la salle de délibération du Conseil Territorial.
Cette réunion avait pour objectif de permettre aux promoteurs du projet d’élevage de coquilles Saint-Jacques de présenter aux Elus de la collectivité les évolutions récentes intervenues dans leur activité, de tracer les perspectives d’avenir mais aussi de se prêter au « jeu des questions réponses », et cela sans aucun tabou.

Lire la suite de ‘EDC : le point sur le projet’

Brève CACIM

Suite au scrutin du 20 Novembre 2007, le Préfet de l’Archipel a installé les membres de la chambre d’Agriculture , de Commerce, d’Industrie et des Métiers de Saint-Pierre et Miquelon le 11 Janvier dernier.

L’Assemblée Générale constitutive qui a suivi cette installation a élu le Bureau de la CACIM qui désormais composé de :

-    Mme Monique WALSH, Présidente
-    M. Eugène BOROTRA, 1ER Vice-Président
-    M. Jean-Luc YON, 2ème Vice-Président
-    Mme Véronique GUIBERT, 3ème Vice-Présidente
-    M. Yves LUCAS, Trésorier
-    M. Charles THEAULT, Trésorier-Adjoint
-    Mme Sylvie GILBERT épouse RIVOLLET, Secrétaire

Les autres membres titulaires sont :

-    M. Pascal BOURGEOIS
-    M. Didier DEROUET
-    Mme Francesca VIGNEAU épouse DETCHEVERRY
-    M. Thierry GAUTIER
-    M. Michel GIRARDIN
-    Mme Sylvie POULET épouse LEMOINE
-    M. Stéphano LIONTE
-    Mme Nathalie PATUREL
-    Mme Marie-Claude LUCAS épouse WALSH

123



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...