Archive pour la Catégorie 'Mairie de Saint-Pierre'

Page 3 sur 10

Retour sur la séance du Conseil Municipal du 12 avril

CM_120416

 

Ce mardi 12 avril s’est tenue une séance officielle du Conseil municipal de Saint-Pierre.

A leur habitude, les élus de Cap Sur l’Avenir ont fait preuve d’un esprit constructif, mais critique, basé sur le dialogue, la recherche du consensus et la volonté d’avancer dans l’intérêt général.

Notre vision : être proactif plutôt que réactif.
Parmi les dossiers abordés :
Le règlement de la déchèterie : un manque de concertation
A la lecture de l’ordre du jour conséquent de cette réunion, les Conseillers municipaux de Cap Sur l’Avenir se sont interrogés sur la mise en place du règlement de la déchèterie.

Sur le fond, il est évident qu’il faut réglementer et cadrer l’apport des déchets, tout le monde en est d’accord – y compris les professionnels – mais sur la forme, il faut de la concertation !

C’est pourquoi les élus de CSA sont allés à la rencontre des artisans-commerçants pour avoir leur ressenti, notamment sur les modalités d’ouverture du site. Ils ont ainsi pu constater le mécontentement des chefs d’entreprise,  tous surpris de voir formalisé un règlement sur lequel ils n’ont pas, ou peu, été consultés.

Lors de la séance officielle, les élus de CSA ont exprimé le souhait de voir aborder avec les professionnels les enjeux techniques concrets en amont de l’adoption de ce règlement. Des échanges au débotté avec les employés des entreprises locales, usagers de la déchèterie, ne peuvent se substituer à une consultation des chefs d’entreprise eux-mêmes.

Or, après discussion, et contrairement à ce que Mme Claireaux a affirmé  au journal télévisé du mercredi 13 avril, il a bien été convenu lors des débats que si les contraintes techniques (demi-journées de fermeture par exemple…) s’avéraient trop lourdes pour les professionnels, celles-ci pourraient évoluer, dans le respect, évidemment, de la législation.

Nous craignons que l’attitude et le ton péremptoire adoptés par Mme Claireaux sur cette question au journal télévisé augure un dialogue à venir difficile malgré l’engagement pris par la majorité au cours de cette séance.

Les élus de Cap Sur l’Avenir réaffirment leur volonté d’aller de l’avant sur ce dossier, mais pas à n’importe quel prix, ni n’importe comment. Et surtout, il faut associer (en amont) la population et les acteurs de terrain que sont les commerçants et artisans, eux-mêmes étant d’accord pour participer à cette évolution nécessaire pour le traitement de nos déchets. Ils nous l’ont dit.

C’est dans la concertation que ce dossier doit évoluer, d’où un nécessaire dialogue en amont et non une discussion à postériori, une fois les choix arrêtés par la Municipalité ! Les conseillers de l’opposition regrettent donc ici la manière d’opérer de la majorité sur ce dossier.
Un budget supplémentaire 2016 sans ambition 

Comme lors des précédents budgets supplémentaires, les conseillers de CSA se sont abstenus en raison du manque de projets et d’ambition de l’équipe majoritaire en terme d’investissements, alors que la commune bénéficie d’une réelle capacité d’emprunt.

Pour mémoire, lors du vote du budget primitif 2016, les élus de l’opposition s’étaient déjà abstenus regrettant que l’équipe de Mme Claireaux choisisse à nouveau la prudence et l’immobilisme pour cette année 2016, alors que les projets ne manquent pas pour améliorer les conditions et le cadre de vie de nos concitoyens.

http://capsurlavenir975.unblog.fr/2016/01/19/retour-sur-le-conseil-municipal-de-saint-pierre-du-12-janvier/

La question du FISAC (Fonds d’intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce) a aussi été abordée. Ce dispositif a été étendu à Saint-Pierre-et-Miquelon après un travail de longue haleine d’Annick Girardin et de Stéphane Claireaux en collaboration avec la CACIMA.

Pour mémoire : http://depute975.net/2015/07/17/fisac-le-resultat-dun-travail-collectif-deputecacima/

La mise en oeuvre de ce dispositif incitatif est portée localement par la CACIMA qui doit s’appuyer sur une collectivité pour l’activer. Or, alors que la Mairie de Saint-Pierre a été sollicitée depuis des mois pour participer à cette opération au bénéfice du développement des commerces, aucune ligne budgétaire ne figure au Budget Supplémentaire de la commune de Saint-Pierre pour abonder ce dispositif.

Il est ainsi regrettable que le FISAC, dont la vocation est de dynamiser les activités commerciales et de rendre accessibles aux personnes à mobilité réduite les commerces en centre-ville, n’ait été retenu dans ce budget. Le motif invoqué est une insuffisance de données chiffrées dans le dossier fourni par la CACIMA et le fait que les commerçants ne sont souvent pas propriétaires du bâtiment qu’ils occupent. Le dossier a pourtant été déclaré recevable par la DCSTEP et si la Mairie souhaitait plus d’informations, il suffisait de les demander à la CACIMA. Par ailleurs, il s’avère que les propriétaires des bâtiments à vocation commerciale en centre-ville sont aussi éligibles à ce fonds.

Le commerce local fait pourtant partie intégrante de la vie d’une commune. Aussi il est dommage que l’aspect économique de Saint-Pierre ne fasse pas partie des préoccupations de l’équipe majoritaire à la mairie de Saint-Pierre.
L’absence de solidarité locale entre collectivités
En l’absence de soutien financier à la Commune de Miquelon-Langlade dans ce budget supplémentaire, les élus de CSA ont interrogé Mme Claireaux (tout comme les conseillers territoriaux ont interrogé le Président de la Collectivité territoriale) sur leur volonté d’accompagner financièrement la Commune de Miquelon-Langlade suite au sinistre survenu récemment.

Si la solidarité nationale s’exerce avec l’attribution à Miquelon d’une aide exceptionnelle d’un million d’euros par l’Etat, la solidarité locale devrait s’exercer aussi. C’était en tout cas le souhait et la position des élus de CSA, car si la mise à disposition de matériel est possible, elle reste toutefois limitée par le caractère insulaire des communes.
Financement du bitumage 
Il y a un an, les conseillers municipaux de Cap Sur l’Avenir avaient demandé qu’un plan pluriannuel de bitumage puisse être établi en concertation avec les maîtres d’ouvrage que sont l’Etat, la Collectivité territoriale et les mairies de Saint-Pierre et de Miquelon-Langlade.

Toujours dans un esprit constructif, ils avaient suggéré qu’un courrier commun majorité-opposition puisse être envoyé au Gouvernement pour tenter d’obtenir une subvention exceptionnelle sur plusieurs années afin de remettre à niveau le réseau routier de la ville de Saint-Pierre qui se trouve être dans un piteux état.

http://capsurlavenir975.unblog.fr/2015/04/07/yen-a-marre-des-trous-et-des-gueguerres/

L’ensemble des élus de Cap sur l’Avenir ont ainsi adressé un courrier aux trois responsables des collectivités locales afin que soit organisée, dans les plus brefs délais, une réunion de travail afin de mutualiser la demande auprès de l’Etat.

http://capsurlavenir975.unblog.fr/2015/04/17/plan-de-bitumage-apres-le-consensus-laction/

Inquiets de l’immobilisme constaté sur cette question, les élus de Cap Sur l’Avenir sont intervenus de nouveau à ce sujet lors de la séance du 5 mai 2015.

http://capsurlavenir975.unblog.fr/category/mairie-de-saint-pierre/page/2/

La lecture de ce budget Supplémentaire 2016, démontre qu’ aucun état des lieux collectif n’a été établi en concertation par les 3 collectivités. Nous doutons pourtant que des actions dissociées puissent être suffisantes pour une mise à niveau de l’état de nos routes.

Retour sur le Conseil Municipal de Saint-Pierre du 12 janvier

CM_120116

Le Conseil Municipal de Saint-Pierre s’est réuni ce 12 janvier à l’Hôtel de ville.

Le premier point à l’ordre du jour était le budget primitif 2016 de la commune de Saint-Pierre. Les élus de Cap Sur l’Avenir ont choisi de s’abstenir sur ce budget en raison de son manque d’ambition en termes d’investissements. Les élus de l’opposition regrettent que l’équipe de Mme Claireaux choisisse à nouveau la réserve pour cette année 2016 alors que les projets ne manquent pas pour améliorer les conditions et le cadre de vie de nos concitoyens. La mise en place d’un transport en commun ou la reconstruction du Foyer Marie Lescamela en sont des exemples.

Les élus de CSA ont voté en faveur des autres points à l’ordre du jour, notamment le conventionnement avec des éco-organismes pour le recyclage de nos déchets.

  • L’intervention de Maïté Légasse :

Avant de passer à l’examen dans le détail du Budget Primitif 2016 de la Commune de Saint-Pierre, permettez-moi, Madame le Sénateur-Maire, au nom de notre Groupe, une courte intervention.

Les élus de « Cap Sur l’Avenir » s’abstiendront globalement sur le vote du Budget Primitif.

Si nous partageons certains points majeurs de votre politique comme la mise en place d’un véritable traitement de nos déchets (tout en gardant un oeil attentif aux conséquences financières pour nos administrés), si nous partageons la nécessaire évolution de notre Statut vers, pourquoi pas, une Collectivité Unique, je dois vous avouer que nous ne nous retrouvons pas dans ce Budget Primitif en terme d’investissements.

La situation financière de la Commune qui ressort des documents que vous nous avez fournis permettrait le lancement de grands projets qui aurait pour objectif l’amélioration du cadre de vie de nos concitoyens. Pour notre part nous défendons la mise en place d’un transport en commun, un plan pluriannuel de bitumage des rues de notre ville, une première phase de travaux pour la reconstruction du Foyer Marie Lescamela, pour ne citer que ces quelques exemples.

Nous regrettons qu’au Budget Supplémentaire 2015, la section d’investissements ait été amputée de près de 700 000 euros pour l’achat (le « rachat » devrais-je dire) des bâtiments et terrains des « espaces verts ». Nous aurions souhaité que cette somme soit utilisée au lancement dès 2015, de vrais investissements comme ceux que je viens de citer, des investissements que l’on aurait pu poursuivre dans le cadre de ce BP 2016.

Merci de votre attention.

  • L’interview TV de Maïté Légasse :

 

Stéphane Artano : le mensonge et la mauvaise foi comme ligne politique

pinocchiosaComme à son habitude, le Président Artano ne semble exister que par la polémique, quitte d’ailleurs à affirmer les mensonges les plus gros.

Dans sa dernière publication sur son blog, intitulée : « Traitement des déchets : Karine Claireaux favorable à une augmentation de la taxe d’ordure ménagère« , il reproche aux élus de Cap sur l’avenir au Conseil municipal de Saint-Pierre de ne pas avoir réagi à l’augmentation de la taxe sur les ordures ménagères évoquée par le Sénateur-Maire.

Monsieur Artano a la mémoire courte, ou plutôt sélective quand ça arrange sa stratégie politique, il suffit de lire l’article ci-dessous, publié sur notre blog en janvier 2015, au titre pourtant sans équivoque sur notre position sur la question :

« Les élus de Cap Sur l’Avenir votent contre le Budget Primitif 2015 de la Ville de Saint-Pierre et dénoncent l’augmentation vertigineuse de la Taxe sur les ordures ménagères de 50 % !« 

Sur nos îles venteuses, évitez de cracher « vent d’bout », Monsieur le Président, car ça revient généralement très vite dans la figure !

Conseil municipal : débat d’orientation budgétaire 2016

ycambray.dob.2016

Allocution prononcée ce mardi 15 décembre pour le débat d’orientation budgétaire 2016 par le nouveau Conseiller Economique, Social et Environnemental, Yannick Cambray, conseiller municipal de Cap sur l’avenir :

Madame le Sénateur-Maire,
Mesdames et messieurs,
Chers collègues,
Nous voilà déjà rendus à notre second Débat d’Orientations Budgétaires, soit, quasiment, au tiers de notre mandat ! Que le temps passe vite !

Si l’on en croit les derniers chiffres publiés par l’IEDOM, la situation économique de l’Archipel serait satisfaisante, la quasi-totalité des « voyants » serait au « vert » selon cette institution.

Toutefois, entre la vision comptable de l’économie et la réalité du terrain, j’estime pour ma part qu’il y a un fossé.

En effet, nombreuses sont les personnes qui se plaignent des prix à la consommation, de leurs difficultés à « boucler leur fin de mois », à assumer leurs charges de loyer, d’emprunts ou de chauffage, sans parler du « reste à vivre » qui permet tout juste à certains de nos concitoyens de se nourrir. Les ouvriers saisonniers, les employés du Commerce, les chômeurs, les « petits » retraités (pour ne citer que ces 4 catégories sociales) ont de plus en plus de difficultés à vivre décemment chez nous. En tant qu’élus, c’est une réalité que l’on se doit de garder en mémoire lors de nos prises de décisions !

Certes, personne n’est sur la rue ou ne meurt de faim dans notre Archipel. Les organismes sociaux, les Collectivités jouent pleinement leur rôle. Mais ce n’est pas pour autant que tout le monde à St Pierre et Miquelon dispose d’un pouvoir d’achat le mettant à l’abri de toute difficulté.

Permettez-moi maintenant de vous livrer une réflexion personnelle qui a trait au climat politique qui règne sur l’archipel.
Depuis les élections municipales de mars 2014, je me suis mis, en partie, en retrait de la vie politique, histoire de faire le point dans mon parcours et dans mon engagement, histoire aussi de prendre du recul pour réfléchir, mais aussi, et surtout, pour « écouter » la population.
La conclusion à laquelle j’arrive est que le rejet de la classe politique à laquelle nous assistons en métropole – on l’a vérifié encore avec la montée en puissance du Front National aux dernières Régionales – arrive aussi ici. Prenons garde !
Il faut bien avouer que depuis quelque temps, le spectacle offert localement par les exécutifs des collectivités et leurs proches est plutôt navrant, je dirai même du niveau d’une classe de récréation de maternelle ! En tout cas, elle ne donne pas l’image d’un personnel politique motivé et oeuvrant pour l’intérêt général.
En effet, pas un mois, pas une semaine quasiment, sans qu’une polémique, souvent ridicule, ne vienne alimenter les commentaires ou les titres d’informations des médias locaux.
Depuis le début de l’année, j’observe de loin ce qui se dit sur les réseaux sociaux. Il y a de quoi désespérer parfois de nos élites et de certains de nos concitoyens. Quel délire !
Je vise tout particulièrement certains apprentis sorciers venus d’ailleurs, bardés de diplômes (peut-être fictifs d’ailleurs), payés par nos impôts et qui ne cessent, à longueur de journée (on se demande même s’ils ont du temps pour travailler !) de déverser leur « fiel », des fausses informations, des rumeurs et de basses attaques sur Face Book ou autre support informatique alimentant ainsi un climat malsain et préjudiciable à notre Archipel.

Le débat politique doit être d’un autre niveau, sans quoi le rejet exprimé dans les urnes en métropole lors des dernières régionales risque d’arriver ici, et plus vite qu’on ne le croit !
Pour revenir au débat du jour, celui des orientations budgétaires de la Ville de Saint-Pierre pour l’année 2016, j’éviterai de réitérer nos remarques de l’an dernier qui sont malgré tout toujours d’actualité.
Il est clair que les élus de Cap Sur l’Avenir ne se retrouvent pas dans votre politique et les quelques orientations que vous nous dévoilez dans le document que vous nous avez transmis.
Il est vrai aussi, et comme vous l’indiquez en conclusion de votre rapport, que vous présenterez les orientations pour 2016 en deux étapes. Nous serons donc très attentifs à celles programmées au budget supplémentaire prévu au cours du 1er trimestre 2016.
Comme vous le savez, notre groupe politique a porté, porte et portera des projets majeurs pour la Commune comme le transport en commun et la mise en place d’un vrai projet d’animation au centre-ville, pour ne citer que ces deux-là. Il est par conséquent évident que l’on ne se retrouve pas dans les projets que vous nous soumettez.

Je souhaite toutefois profiter de ce débat pour vous interpeller sur l’achat d’un navire pour la desserte de l’île aux marins dont un appel public à la concurrence vient d’être publié dans le dernier Echo des Caps.
Nous attendons avec attention vos explications sur cette démarche, à savoir quel financement ( et plus exactement le montant prévisionnel de cette dépense et les aides attendues ? ) et, surtout, quelle gestion ?
De grâce, épargnez-nous d’une nouvelle Régie et limitez-vous à l’achat d’un seul bateau !!

Je plaisante, bien évidemment.

D’ores et déjà, nous pouvons vous indiquer que nous vous soutiendrons dans votre projet si bien évidemment, et je n’en doute pas, que l’exploitation de ce navire se fasse par le biais d’une DSP ou une convention avec un Privé, à l’image de ce qui s’est passé cet été (si l’on met de côté l’épisode malheureux de qui vous savez) et qui semble avoir donné toute satisfaction aux usagers. Nous estimons que quand le Privé peut réaliser une prestation de qualité à un coût raisonnable, laissons le faire.

Notre position au sein de cette assemblée n’a rien d’exceptionnel puisque c’est la même que nous préconisons pour la desserte en passagers de l’île de Miquelon-Langlade. Soit l’achat d’un navire / ferry par la Collectivité (je dis bien un navire et un seul) mais une exploitation par le Privé sous forme de DSP afin de mettre un terme au gâchis financier qui plombe les finances de la Collectivité territoriale depuis de trop longues années.

Je ne peux terminer cette intervention sans parler des événements terroristes tragiques qui ont secoué notre Pays.
Bien que l’on soit éloigné de la métropole par l’Océan Atlantique, ces attentats meurtriers ont fortement ému nos concitoyens. La marche silencieuse organisée par la municipalité de St Pierre le surlendemain de ces événements l’a bien démontré. 2000 personnes se sont rassemblées (soit plus du tiers de notre population) pour rendre hommage aux victimes et apporter leur solidarité aux familles éprouvées.
A la veille de Noël et du jour de l’an, il me semblait opportun de rappeler ces tristes événements.

N’oublions jamais que le 13 novembre 2015, la France a été touchée en plein coeur et que ce sont notre Liberté, notre Culture, notre mode de vie, notre jeunesse qui ont été ciblés !

Le plus navrant dans ces événements sanglants est de constater qu’une partie de ces terroristes barbares était de nationalité française. Cela doit nous interpeller, à tous les niveaux de responsabilité, où que nous soyons.

Pour conclure, c’est avec une pensée émue pour notre collègue Claude ARROSSAMENA malheureusement disparu il y a peu et dont nous tenons ici à saluer la mémoire, que je vous adresse, mesdames et messieurs, en mon nom et au nom de notre groupe, nos meilleurs voeux de santé et de bonheur pour la nouvelle année 2016.

Je vous remercie de votre attention.

Yannick CAMBRAY

 

Retour sur le Conseil Municipal du 23 septembre

CSA.COM.240915

L’ordre du jour comportait notamment l’adoption du règlement intérieur de la Commune et de la Régie Eau-Assainissement et la mise en place du régime Indemnitaire.

Les élus de Cap sur l’Avenir ont exprimé leur regret quant au manque de dialogue évident qui avait conduit aux mouvements sociaux de juin dernier et qui semble encore difficile au sein de la municipalité. Le travail de concertation doit être poursuivi afin que les instances, salariales et patronales, puissent oeuvrer le plus consensuellement possible.

  • L’interview radio de Maïté Légasse :

Les conseillers de l’opposition ont ensuite exprimé leurs inquiétudes quant à l’avenir du SYGED et à l’implication de tous les membres du syndicat mixte. Ils ont ensuite interrogé Karine Claireaux sur l’évolution de la participation des contribuables et sur le coût final que l’on réclamerait à chaque foyer. La maîtrise des coûts doit faire partir intégrante de la gestion de nos déchets. Les déchets industriels devront aussi faire l’objet d’un traitement adéquat.

En fin de séance, Christophe Caignard, Chargé de Mission Gestion durable des déchets à la Mairie de Saint-Pierre, a présenté le plan ambitieux « Zéro Déchet, Zéro Gaspillage ». Inspiré d’exemples concrets et adapté à notre contexte local, ce plan ouvre ENFIN de nouvelles perspectives pour le traitement de nos déchets à Saint-Pierre, mais aussi à Miquelon.

Mme Claireaux a réagi à ce mot ENFIN au journal télévisé d’hier soir, il est pourtant juste ! Le Sénateur-Maire l’a elle-même admis hier : l’équipe municipale travaille depuis 2 ans sur le projet… quid des 13 autres années à la tête de la Mairie de Saint-Pierre ?

Restons positifs : mieux vaut tard que jamais !

Le travail réalisé par les élus, mais aussi et surtout par les techniciens, est d’une très grande qualité et augure d’un avenir tant espéré en termes de déchets.

L’intervention des éco-organismes tels que Eco-Emballages, Eco-Systèmes, RECYLUM, CYCLAMED, DASTRI… vont permettre un accompagnement technique et financier non négligeables. La Mairie de Saint-Pierre a été primée en décembre 2014 lors de l’appel à projets, impulsé par le ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie et de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). De ce fait l’ADEME apportera son expertise technique, un soutien financier pour l’animation de la démarche et des aides à l’investissement.

Véritable sensibilisation et implication transversale de l’ensemble des acteurs (citoyens, entreprises, collectivités et associations), la démarche volontaire et participative est à saluer.

Pour en savoir plus :
http://www.developpement-durable.gouv.fr/Territoires-zero-dechets-zero

12345...10



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...