Archive pour la Catégorie 'Mairie de Saint-Pierre'

Page 4 sur 10

Ville de Saint-Pierre : Les élus de Cap Sur l’Avenir plaident l’apaisement et le retour au dialogue dans les conflits avec le personnel municipal et le Club Nautique !

cm.160615

Lors de la séance du Conseil Municipal de Saint-Pierre de ce mardi 16 juin, les élus de Cap Sur l’Avenir sont intervenus pour plaider l’apaisement dans les deux conflits qui opposent la municipalité au personnel municipal et aux responsables du Club Nautique.

La déclaration de Yannick Cambray :

Permettez-moi, Madame le Sénateur-Maire de revenir sur deux sujets qui ont fait la « Une » de l’actualité locale ces dernières semaines, je veux parler, vous vous en doutez, du dossier « club nautique » et de celui concernant le mauvais climat social qui règne au sein des services municipaux.

Mon intention n’est nullement ici de « remettre de l’huile sur le feu », mais tout simplement de vous donner le point de vue des conseillers municipaux de « Cap sur l’avenir » sur ces deux dossiers avec, pourquoi pas, quelques pistes pour apaiser le climat malsain que ces deux sujets entretiennent depuis de trop longs mois.

Concernant tout d’abord le Club Nautique, nous tenons à rappeler que cette association n’est pas qu’un simple club de loisirs. Certes, cet aspect est bien présent dans leurs objectifs, mais pas que cela, et vous le savez parfaitement. Le Club nautique exerce des missions « nobles », tant au niveau formation, qu’au niveau « secours en mer », voire même de promotion touristique. Il nous apparait important de souligner ici.
Leur « déménagement » (pour éviter de dire leur « expulsion »), du bâtiment municipal qu’ils occupaient depuis de nombreuses années maintenant, débouche aujourd’hui sur un dialogue de sourds, voire une impasse dont il faut absolument sortir.
Afin de débloquer la situation, nous préconisons un retour à plus de sérénité dans les échanges. Nous nous réjouissons de la volonté que vous avez exprimée au journal télévisé de vendredi, de vouloir renouer le dialogue. Nous ne pouvons que vous y encourager, et dans la juste ligne de votre proposition d’aide au club de plongée, nous vous invitons à organiser le plus vite possible une réunion de travail avec l’ensemble des acteurs locaux (Services de l’Eat, Conseil Territorial, Municipalité et Club nautique…) pour trouver à cette association – que nous pourrions qualifier d’utilité publique – un nouveau local situé en bord de mer afin qu’ils puissent poursuivre leurs activités dans de bonnes conditions au service de la population. Au moins pour la saison à venir, le temps de réfléchir à plus long terme.
Essayons de sortir de ce conflit par le haut et arrêtons les règlements de compte par voies médiatiques qui n’entrainent que crispations, énervements et blocages.
Il faut en effet trouver une « porte de sortie » à ce conflit à la veille de la période estivale.

Autre sujet qui à fait l’actualité municipale : le « climat social ». Un climat social qui semble mal en point au sein des services municipaux. Ici encore il convient de revenir à un dialogue plus normal et institutionnalisé avec les syndicats.
Il y a quelques mois, lors d’une précédente séance du Conseil Municipal, nous avions évoqué avec vous cette question de l’émergence de difficultés relationnelles entre le personnel et la municipalité que nous sentions alors monter.
A l’époque, vous nous aviez en réponse assuré que tout allait bien…
Preuve est faite aujourd’hui, étant donné les derniers événements, que ce n’était pas vraiment le cas.

Là encore, il serait facile pour nous d’enfoncer le clou par des critiques, mais notre seul objectif et de souhaiter un retour à une situation plus saine.

La gestion des ressources humaines n’est pas une pratique simple ou facile, mais ce retour à une situation saine espéré passe obligatoirement par le dialogue, la présence sur le terrain des cadres municipaux et des élus dirigeants que vous êtes et l’écoute du personnel.
Les élus, la direction administrative et le personnel doivent sentir qu’ils font tous partie de la même équipe, d’une même « famille » oserais-je dire, et cela dans l’intérêt de la Mairie et au final, au profit de la population.
Une nouvelle fois, nous préconisons l’apaisement et le dialogue, dans le respect de chacun, afin, d’encore une fois, sortir par le haut de ce climat malsain qui est préjudiciable à tous.
Merci de votre attention.
Yannick Cambray
Conseiller Municipal de Cap sur l’avenir

Cela ne nous regarde pas !

CM
Lors de la séance du 2 avril dernier, M Oswen Lafitte avait, dans une démarche constructive, suggéré au nom du groupe Cap sur l’Avenir la rédaction d’un courrier commun majorité-opposition au Ministère des Outre-Mer afin de solliciter une aide financière pour accompagner la commune dans sa volonté de rénover ses chaussées.
Suite à cela, l’ensemble des élus de Cap sur l’Avenir ont adressé un courrier aux trois responsables des collectivités locales afin que soit organisée, dans les plus brefs délais, une réunion de travail afin de mutualiser la demande auprès de l’Etat.
Sans nouvelles, M Lafitte est intervenu lors de la séance du 5 mai. Voici son intervention :

« Juste une intervention si vous le permettez concernant la dotation supplémentaire de 350 K € pour le réseau de voirie.

Cette dotation supplémentaire amène le programme municipal en investissement pour voirie aux alentours de 650 K €.

Je vous rappelle que l’étude que nous avons menée avec les professionnels du secteur établit la nécessité d’un programme pluriannuel de 1 M et demi d’€ afin de rétablir le réseau aujourd’hui sinistré, analyse que vous ne contestez pas et que vous avez même souhaité surenchérir à hauteur de 2 M d’€ sur les ondes de SPM 1ère sans doute sans tenir compte du fait qu’une ristourne est évidemment négociable en pareille situation mais passons.

Si les difficultés persistantes d’investissement de la Mairie nous inquiètent forcément, votre attitude à la suite du dernier conseil municipal nous interpelle bien davantage !

En effet, dans un souci de travail collectif et pour éviter les polémiques, nous n’avions pas souhaité relever à cette occasion l’inaction pourtant avouée de la Mairie auprès des instances gouvernementales concernées, et ce depuis maintenant tout de même 13 ans. Au contraire, nous avions souhaité privilégier une action commune et concertée afin de faire fi des divergences et de répondre à l’inquiétude légitime de la population.

Mais bien que vous ayez en séance accepté immédiatement notre proposition de courrier commun auprès de ces ministères, il nous semble important de signaler à la fois aux membres du conseil municipal ici présent mais également à la population que cette déclaration n’était de toute évidence rien de plus qu’un écran de fumée !

En effet, nous n’avons eu depuis lors aucun retour sur le sujet alors même que, selon vos dires ici même en séance, vous nous avez assuré vouloir y travailler « dès le lendemain ». Mais plus grave encore lorsque notre mouvement vous a envoyé un courrier de relance pour l’organisation d’une table ronde sur le sujet, vous n’avez même pas daigné y répondre ! Seule la FEA BTP a répondu favorablement afin de participer aux discussions et aux négociations.

La seule conclusion possible à nos yeux de cette attitude Madame le Maire est que vous avez eu peur que l’on vous fasse de l’ombre sur un sujet où visiblement vous préférez avancer seule pour en endosser la totalité du crédit quitte à n’obtenir que des avancées de faible envergure voire même à échouer et au final à ce que la population en subisse une nouvelle fois les conséquences.

Cela m’amène donc à une question simple madame le Sénateur-Maire : Travailler pour l’intérêt général, n’a t-il pour vous de sens que si cela peut coïncider avec votre intérêt politique particulier ? La question se pose me semble t-il, non ?

Je terminerai en tout cas cette intervention en vous donnant notre sentiment et en profiter pour rectifier une idée préconçue : ce n’est pas des rigueurs de l’hiver, madame le Sénateur-Maire, dont nos concitoyens ont à souffrir le plus, mais bien d’une action politique qui consiste trop souvent à tirer la couverture à soi.

Je vous remercie de votre attention. »

Mme le Sénateur-Maire n’a pas souhaité nous aviser qu’une réunion entre donneurs d’ordre avait eu lieu la semaine précédente, ni quelles conclusions en ont émergé.
A l’heure où les valeurs républicaines sont plus que jamais mises à l’honneur, Mme Karine Claireaux a répondu :

« Vous ne savez rien de ce que je fais et cela ne vous regarde pas ! ».

Certes, nous ne sommes pas élus de la majorité mais nous sommes élus de la République ! A ce titre il est de notre devoir de défendre l’intérêt général et de représenter la population au sein de cette assemblée …républicaine.
  • Journal radio de SPM Première :

Plan de bitumage : après le consensus, l’action !

Les élus municipaux de Cap sur l’Avenir ont dénoncé l’état délabré de notre réseau routier lors de la séance du Conseil Municipal du 2 avril  dernier.

Après avoir proposé qu’un courrier commun, majorité et opposition, soit adressé au Ministère des Outre-Mer afin de solliciter une aide financière pour accompagner la commune dans sa volonté de rénover ses chaussées, cette initiative a suscité depuis beaucoup d’intérêt.

Mais après les paroles, passons aux actes !

C’est pourquoi les élus de Cap sur l’Avenir viennent d’adresser un courrier (ci-dessous) aux trois responsables des collectivités locales afin que soit organisée dans les plus brefs délais une réunion de travail pour définir les besoins et capacités de financement de chaque collectivité pour ensuite proposer à l’Etat un plan pluriannuel de bitumage.

 

fichier pdf CSA_DDE AIDE_RENOVATION CHAUSSEES

 

Y’en a marre des trous et des gueguerres !

CM.1.020415

Lors de la réunion du Conseil Municipal de Saint-Pierre du jeudi 2 avril 2015, les élus d’opposition de Cap Sur l’Avenir ont tenu à souligner deux sujets qui exaspèrent au plus haut point une grande majorité de la population, à savoir l’état désastreux de notre réseau routier et le climat délétère qui existe entre la Mairie de St Pierre et le Conseil Territorial.

Profitant d’une délibération sur le Droit de Débarquement, une taxe douanière qui soulève un enjeu de compétences, le conseiller municipal et porte parole du groupe Cap Sur l’Avenir, Yannick CAMBRAY a déclaré :

« Madame le Sénateur-Maire,

Mesdames et messieurs,

Chers collègues,

Je profite de ce vote pour vous livrer quelques réflexions « pêle- mêle » mais dont certaines ont un lien indirect avec cette délibération.

Je vois déjà certains lever les yeux au ciel ou d’autres soupirer en pensant « qu’est-ce qu’il a à dire encore celui là ! » Désolé, mais il faut bien donner un peu de consistance à cet ordre du jour bien « squelettique » et peu motivant pour les élus que nous sommes.

Voilà un an que nous sommes élus au sein de cette assemblée (eh oui, déjà 1 an !) et nous constatons que bien peu de choses ont évolué, pour ne pas dire quasiment rien.

Rassurez-vous, je ne reviendrai pas sur ce sujet, je l’ai largement développé lors de notre dernière séance.

Comme à chaque printemps, je ne vais pas, non plus, m’étendre outre mesure sur les sujets récurrents qui pointent le bout de leur nez à la fonte des neiges comme celui de l’apparition des fameux « nids de poule », terme inapproprié d’ailleurs étant donné l’état de plus en plus lamentable de notre réseau routier qui fait plus penser aux routes d’une ville touchée par une guerre civile qu’à celle d’une ville bien paisible comme la nôtre. J’exagère à peine ! (permettez-moi en passant, de souligner le travail remarquable des ouvriers de la voirie qui font le maximum pour tenter de parer au plus pressé)

L’Etat de nos rues s’explique du simple fait que la municipalité n’a pas mis les moyens financiers adéquats pour simplement entretenir notre réseau routier au cours des dernières années. Il n’y a donc rien d’étonnant à cet état de fait.

Pour notre part, nous estimons qu’un plan sur 10 ans afin de remettre notre réseau à niveau est plus qu’urgent, un plan sur 10 ans avec un minimum d’1,5 MILLION d’Euros par an !

Pour revenir à cette délibération sur le droit de débarquement, nous allons voter « pour », bien évidemment, puisqu’elle n’entraîne aucune augmentation, une délibération rendue nécessaire, semble-t-il, dans le cadre du fameux débat juridique sur les compétences des collectivités.

Permettez moi tout de même de me faire, ici, le porte parole d’une exaspération qui se fait de plus en plus jour au sein de la population (et que nous partageons) sur l’incessante et fatigante « gueguerre » qui « mine » le débat politique local depuis ces derniers mois et qui épuise nos énergies jusqu’à l’écoeurement ! Je veux parler de la « gueguerre » que se livrent le Conseil Territorial et la Mairie de Saint-Pierre.

Pas une semaine, pas un jour presque, sans qu’une polémique entre le Conseil Territorial et la Mairie ne fasse la « une » de l’actualité et ne pollue les réseaux sociaux. Que de temps perdu ! Que de gâchis financiers ! Quel spectacle navrant pour nos concitoyens !

Que ce soit le financement de l’enseignement privé, celui de la crèche, la desserte de l’île aux marins, le transport scolaire, le traitement de nos déchets via le SYGED, la régie « Espaces Verts » etc…. (et j’en passe et des meilleurs) tout est sujet à polémiques !

En pendant ce temps là, qui paye ? qui subit les conséquences ? qui est pénalisé par ces « gueguerres » continuelles sinon la population ??

Comme je l’ai déclaré en décembre dernier lors du Débat d’Orientation Budgétaire, et de mon point de vue, vivement la collectivité unique pour mettre fin à ce spectacle désolant que Conseil Territorial et Municipalité offrent à nos concitoyens !

On trouve étrange que rien n’avance, que rien ne bouge dans notre archipel ! Normal, puisque les collectivités passent leur temps à se chamailler. Que de temps perdu et d’énergie gaspillé ! Il est temps de siffler la fin de la récréation et de travailler enfin pour l’intérêt général.

Vous savez, à 53 ans, ma carrière politique est derrière moi. Je n’ambitionne à rien. Je me permets simplement de « tirer la sonnette d’alarme » de temps en temps et j’espère tout simplement que les « grands élus » et les adultes responsables que vous êtes censés être se ressaisiront et mettront un terme à ces querelles ridicules et stériles qui ne pénalisent au final que notre archipel et sa population.

Pour ma part, l’une des solutions que je vois et que je défends pour que notre petit archipel de 242 km2 et de 6000 habitants s’en sorte, c’est le passage à une collectivité unique qui mettrait un terme à tout ce gâchis, à cette guerre des « egos » !

L’archipel et sa population souffrent de ce spectacle.

Il faut en sortir….. et VITE !

Merci de votre attention »

Suite à cette intervention, une discussion animée s’est instaurée entre les 5 élus de Cap Sur l’Avenir présents à cette séance et le Sénateur-Maire, Mme Karine CLAIREAUX.

Au final, et sur proposition d’Oswen LAFITTE, un courrier commun majorité-opposition sera rédigé et envoyé au Gouvernement pour tenter d’obtenir une subvention exceptionnelle sur plusieurs années afin de tenter de remettre à niveau le réseau routier de la ville de St Pierre qui se trouve être dans un piteux état.

Une initiative constructive que nous tenions à souligner.

Les élus de Cap Sur l’Avenir votent contre le Budget Primitif 2015 de la Ville de Saint-Pierre et dénoncent l’augmentation vertigineuse de la Taxe sur les ordures ménagères de 50 % !

csa.CM

Seize délibérations étaient à l’ordre du jour de la séance du Conseil Municipal de St Pierre du 6 janvier 2015.

Deux délibérations ont particulièrement fait débat et provoqué des échanges vifs entre les élus de Cap Sur l’Avenir et le Sénateur-Maire Karine CLAIREAUX :

  • Budget Primitif 2015 de la Ville de Saint-Pierre

En préambule à l’examen du Budget Primitif 2015 de la commune de Saint-Pierre, Yannick CAMBRAY est intervenu, premièrement pour répondre à certaines des critiques du Sénateur-Maire exprimées sur les ondes de SPM 1ère à l’issue du précédent Conseil Municipal (17 décembre 2014), deuxièmement pour souligner les raisons justifiant l’opposition de Cap Sur l’Avenir au vote du Budget 2015.

L’intervention de Yannick CAMBRAY :fichier pdf BUDGET PRIMITIF 2015

  • Variation du montant de la Taxe Locale d’Equipement

Pour 2015, le Maire et sa majorité ont décidé une hausse de la taxe pour les ordures ménagères pour toutes les résidences ainsi que tous les autres bâtiments. Cette hausse s’inscrit dans la volonté d’équilibrer progressivement le Service de collecte et de traitement des ordures ménagères.

Elle sera désormais de 105 euros pour les habitations principales et autres bâtiments (contre 70 euros en 2014 ) et de 99 euros pour les résidences secondaires.

Cette hausse spectaculaire de 50 % de la Taxe pour les ordures ménagères ne semble être qu’une première étape ! En effet, pour équilibrer le Service de collecte des ordures ménagères (rappelons, en passant, que l’équilibre est un choix politique ) celle-ci devrait s’élever à 210 euros par foyer !

Cette augmentation de 35 euros par foyer n’a pas laissé indifférent les élus de Cap Sur l’Avenir.
Ci-après, l’intervention de Yannick CAMBRAY au nom des élus municipaux de Cap Sur l’Avenir :

Madame le Sénateur-Maire,

Permettez-moi un retour en arrière de 10 mois.

Je me souviens d’un débat télévisé sur le traitement de nos déchets qui nous opposait sur les ondes de SPM 1ère lors des élections municipales.

Je me souviens d’un chiffre « rond » que vous aviez martelé : la récupération du verre ne coûtera qu’un euro par habitant ! Joli coup de « com », je vous le concède !

Mais 10 mois plus tard, les habitants de St-Pierre constatent que ce 1 euro se transforme en une augmentation de la Taxe sur les ordures ménagères de 50 %, soit 35 euros de plus par foyer !

1 euro en pleine campagne électorale,
35 euros 10 mois plus tard !

La population appréciera !

Pour notre part, nous voterons « contre » cette augmentation.

Yannick CAMBRAY

123456...10



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...