Législatives 2017 : la belle mobilisation autour d’Annick Girardin

IMG_2018
Les sympathisants sont venus en force hier soir au bar la Chauve-souris pour soutenir leur candidate, Annick Girardin, aux élections législatives.
Malgré ce long week-end durant lequel beaucoup de nos compatriotes se rendent à Langlade ou à Miquelon, plus de 150 personnes se sont mobilisées pour témoigner de leur soutien et de leurs espoirs en la candidature d’Annick Girardin.
Dans son discours, la candidate au mandat de député est revenue sur différents points, notamment sur les raisons qui ont motivé sont choix d’accepter le Ministère des Outre-mer.
« Lorsque le Président de la République m’appelle pour me proposer le ministère des Outre-mer, je me dis qu’est-ce qui est mieux pour l’Archipel ? Qu’est-ce qui est mieux pour nous ?
(…)
C’est pour l’Archipel que j’ai accepté, pas pour un confort personnel ou un choix de carrière. »
 Annick Girardin s’est aussi expliquée sur les raisons de sa candidature aux législatives :
« Si j’ai choisi de me présenter à ces élections législatives, c’est que j’ai besoin de la légitimité qu’apportent les urnes dans les relations avec mes collègues ministres et avec les autres élus, j’ai besoin de la légitimité qu’apportent les urnes pour garder ma liberté de parole et d’agir, y compris au sein du gouvernement. » 
La candidate en a également profité pour « tordre le cou » à diverses fausses allégations propagées, parfois depuis plusieurs années, par ses adversaires et reprises même encore aujourd’hui par certains autres candidats :
Le minimum vieillesse à 1000 € :
« Si mes détracteurs se donnaient la peine d’aller vérifier auprès de la CPS, ils sauraient que le minimum vieillesse pour une personne seule est de 1011,93€ net et de 1544,45 € net pour un couple (il est respectivement de 803,20€ et 1 246,97 en métropole). »
Annick Girardin n’a jamais soutenu les projets de la Collectivité territoriale :

« Encore eût il fallu que je sois sollicitée !

Et je n’ai jamais agi contre des projets du CT, que ce soit le câble numérique (la Collectivité a obtenu ses 5 millions) ou tout autre projet.

Par contre, quand je suis sollicitée j’obtiens des résultats, demandez à la commune de Miquelon-Langlade : 1 M€ pour les ateliers (700 k€ déjà versés) – 200 k€ pour les bâtiments SNPM – camion citerne feu de forêt pour 400 k€ – 200 k€ pour du matériel de sécurité  pompiers… » 

Le PPRL : Plan de Prévention des Risques Littoraux :
«  On m’accuse d’avoir profité de la venue du Président Hollande en décembre 2014 et de sa visite sur Miquelon pour «  me faire mousser et faire la promotion de la COP21 », encore une fois un argument ridicule !
Que je sois venue avec Le Président Hollande ou pas, ça n’aurait rien changé car cela faisait plus de 6 mois que la DTAM, le Conseil territorial et les mairies travaillaient à la mise en place de ce PPRL et qu’ils étaient tous informés de l’existence de ces cartes qui ont été, il est vrai, divulguées de manière brutale aux résidents de l’Archipel.
Pour ma part, je le réaffirme ici, ni le Député, ni moi n’étions au courant de ces travaux et de cette présentation sur le Cap de Miquelon, et c‘est normal, c’est l’affaire et la responsabilité des collectivités.
Le PPRL est une obligation pour les collectivités littorales depuis la circulaire du 2 août 2011, suite aux dégâts et drames causés par la tempête Xynthia de février 2010, pas une invention d’Annick Girardin ! » 
Annick Girardin a terminé son allocution sur un discours mobilisateur et rassembleur, évoquant la main tendue vers les autres élus du territoire dès sa nomination au Ministère des Outre-mer.
« Je m’engage à mener tous ces combats avec toute mon énergie et je le souhaite, avec vous et tous les élus et les forces vives du territoire.
(…)
Si ma famille politique est Cap sur l’Avenir, je n’ai qu’un seul parti, c’est celui de Saint-Pierre-et-Miquelon.
(…)
Un nouvel élan se dessine en France, notre archipel doit saisir cette chance, pour se rassembler et faire de Saint-Pierre et de Miquelon des territoires gagnants ! »

Annick Girardin invitée du JT du 19 avril

AG.190417.JT

Mercredi 19 avril, la Ministre de la Fonction Publique Annick Girardin était l’invitée du 20h00 de SPM 1ère.

Les sujets évoqués : les législatives, la Présidentielle et son bilan de ministre.

CESE : Combattre les violences faites aux femmes dans les Outre-Mer

Capture d’écran 2017-03-30 à 15.07.09

L’Outre-Mer était encore à l’ordre du jour du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) ce mercredi 29 mars 2017.

La séance plénière était consacrée à la présentation du rapport intitulé « Combattre les violences faites aux femmes dans les Outre-Mer », rapport auquel le Conseiller de Saint-Pierre et Miquelon, Yannick Cambray, a apporté une contribution remarquée.

Faisant suite à l’étude du « Combattre les violences faites aux femmes, des plus visibles aux plus insidieuses » par Pascale Vion de la Délégation aux droits des femmes, en 2014, le Premier Ministre a adressé une saisine au CESE le 25 juillet 2016 afin de mieux connaître l’ampleur de ces violences en Outre-Mer et mettre en place une politique publique plus cohérente dans ces territoires.

C’est dans ce cadre que Yannick Cambray a mené une série d’entretiens dans l’Archipel, contribuant ainsi à l’établissement de ce rapport et des 40 préconisations du CESE déclinées en 6 axes :

  1. Mieux connaître l’ampleur des violences et les solutions
  2. Favoriser une meilleure coordination
  3. Sensibiliser et informer à la fois les jeunes et la population toute entière
  4. Former les professionnels
  5. Construire un parcours de sortie cohérent, déployer la ligne « Grave Danger » dans les Outre-Mer, permettre aux femmes de révéler les violences
  6. Mettre les moyens pour mener une politique cohérente et adaptée dans les Outre-Mer et dans l’ensemble de l’Hexagone.

 

Pour en savoir plus :

L’intervention de Dominique Rivière (Conseiller Réunion), rapporteur CESE

fichier pdf Intervention DR 29 03 2017

Une vidéo explicative des préconisations :

http://www.tntv.pf/Video-Le-CESE-adopte-son-avis-Combattre-les-violences-faites-aux-femmes-dans-les-Outre-mer_a17935.html

Le lien du CESE avec les documents à télécharger :

http://www.lecese.fr/travaux-publies/combattre-les-violences-faites-aux-femmes-dans-les-outre-mer

 

 

CESE : intervention de Yannick Cambray sur la bioéconomie durable

y.cambray.cese

Ce mardi 28 mars,  le Conseiller Economique, Social et Environnemental, Yannick CAMBRAY, est intervenu à la tribune du CESE pour présenter la position du Groupe des Outre-Mer sur l’étude intitulée « Vers une bioéconomie durable ».

L’avis a été adopté par 163 votes pour, 0 contre, 9 abstentions.

Pour en savoir plus sur cet avis : www.lecese.fr

Retour sur le Conseil Municipal : augmentation des taxes

Capture d’écran 2017-03-28 à 14.42.04

Lors de la séance du jeudi 16 mars dernier, les Conseillers Municipaux de Cap Sur l’Avenir ont voté contre l’augmentation des taxes proposée par la majorité de Mme Karine Claireaux.

L’augmentation dans le détail :

  • Taxe local d’équipement + 12%
  • Taxe foncière : + 6%
  • Droit de bail : + 11%

L’intervention de Cédric Borthaire en séance : 

« Le groupe Cap Sur l’Avenir votera contre l’augmentation de la taxe locale d’équipement et de la taxe foncière.

Nous avions déjà dénoncé, il y a quelques semaines, l’augmentation de la taxe sur les ordures ménagères qui est intervenue en contradiction avec les promesses de la campagne électorale de la majorité.

Pour Cap Sur l’Avenir, ces augmentations sont totalement injustifiées. Elles tombent au plus mauvais moment pour les Saint-Pierrais qui subissent de plein fouet les rigueurs de l’hiver et l’augmentation des prix dans de nombreux domaines de la vie courante (facture de fuel, facture EDF, prix de l’alimentation…). Et nous sommes persuadés que beaucoup autour de cette table partagent cet avis.

Certes, nous comprenons que la commune doive trouver des solutions face à l’augmentation des charges qui pèsent sur son budget – et qui sont importantes pour une petite collectivité comme la nôtre. Cependant, Cap Sur l’Avenir estime que cette situation est – en partie – le résultat d’une lente dégradation des relations entre les collectivités ayant abouti à l’alourdissement des dépenses de la commune (financement de l’école privée, desserte de l’île aux marins, etc.).

On voit donc bien à quel point, ce sont les Saint-Pierrais qui sont pris en otage des ambitions personnelles et des politiques contradictoires menées par les équipes à la tête des pouvoirs exécutifs locaux. C’est pourquoi, Cap Sur l’Avenir a décidé de voter contre cette augmentation des impôts locaux.  »

 

Le sujet JT de SPM Première : 

https://vimeo.com/channels/capsurlavenir/210159976

 

12345...72



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...