Réflexion sur la desserte maritime

La Commission des Services Publics Locaux qui s’est tenue ce mercredi 21 janvier dans la salle de réunion du Conseil Territorial avait pour objectif de débattre du dossier de la desserte maritime.
Cette réunion faisait suite à celle organisée le 9 janvier dernier à la CACIMA, réunion au cours de laquelle le Préfet, Monsieur Jean-Pierre BERCOT, avait présenté à l’ensemble des élus locaux, les différents rapports réalisés à la demande de l’Etat (dont celui du cabinet de consultants SOGREAH), ainsi que le calendrier devant amener au choix, vers la mi-avril, d’un nouveau délagataire de la desserte maritime en fret de l’archipel.

La réunion du 21 janvier s’est déroulée à huis-clos et ne regroupait cette fois que des élus : représentants du Conseil Municipal de St-Pierre, représentants du Conseil Municipal de Miquelon-Langlade, représentants du Conseil Territorial, de la CACIMA ainsi que le Député, la Conseillère Economique et Sociale et le Président du Comité Economique et Social.
Aucun représentant de l’Etat n’assistait à cette Commission, afin de permettre aux élus de l’archipel de débattre en toute franchise sur les rapports réalisés et commandés par l’Etat. Le but étant de faire remonter par la suite au Préfet sous forme d’avis, les recommandations et les doléances des représentants de la population sur ce sujet, ô combien crucial pour l’Archipel.

Le mouvement Cap Sur l’Avenir était représenté au sein de cette Commission par le Député Annick GIRARDIN, le Conseiller Municipal de St-Pierre Pierre SALOMON et le Conseiller Territorial Yannick CAMBRAY.

Ayant déjà procédé à une analyse attentive des documents fournis par la Préfecture en préparation de cette réunion, les élus de Cap Sur l’Avenir, plutôt que de procéder à une analyse et/ou une critique détaillées des différents rapports réalisés par l’Etat, ont tenu à regretter d’emblée :

 

  • La non-prise en compte par l’Etat de l’hypothèse d’un véritable « Service Public » dans les scénarios envisageables pour notre desserte (l’Etat ne parle ici que de Délagation de Service Public – DSP – !!!)
  • L’absence de réflexion sur la problématique de la desserte maritime de notre Archipel dans sa globalité, c’est à dire incluant le fret, les passagers, tant au niveau de l’inter-îles que de l’international !!

Si la solution « DSP » était retenue par l’Etat, comme cela semble se profiler, ce serait revenir au même point et risquer de se retrouver dans la même situation de blocage dans les prochaines années.
Toutefois, les élus de Cap Sur l’Avenir ont formulé 5 préalables :

 

  • La reprise du personnel à terre du précédent délagataire Alliance SA ;
  • L’embarquement d’au minimum deux marins locaux sur le prochain navire qui assurera le transport entre Halifax et St-Pierre ;
  • La prise en compte de la desserte sur Terre-Neuve dans le périmètre de cette éventuelle Délagation de Service Public ;
  • Mettre au coeur de la réflexion la notion de « continuité territoriale » pour les produits en provenance d’Europe. L’archipel doit bénéficier, au même titre que les autres territoires d’Outre-Mer de cette « continuité territoriale », pour des raisons de santé publique, de normes européennes à respecter (BTP, matériel électrique… ), pour les produits de première nécessité, sans oublier la préservation de notre « identité » française en Amérique du Nord (tourisme) ;
  • Le refus, en l’état, de dissocier l’empotage et le dépotage des containers du transport des marchandises. Une DSP – telle que présentée – qui se limiterait à un transport des containers « de quai à quai » ne manquerait pas de provoquer une « flambée » du prix global du transport maritime des marchandises.

Malheureusement, selon ce que nous avons entendu, l’Etat ne semble s’intéresser ici qu’à la desserte maritime en fret à partir d’Halifax, alors que nous avons là, l’occasion d’opérer une réelle remise à plat du transport maritime dans toutes ses facettes et de réfléchir, une bonne fois pour toute, à la mise en place d’un système optimisé, afin de rationaliser ce service primordial. Nous devons garder à l’esprit que tout développement économique est conditionné par la mise en place d’une desserte efficace et de qualité, qu’elle soit en marchandises ou en passagers.

« Le plus puissant de tous les leviers, c’est la volonté » – Félicité de Lamennais

logocsaweb.jpg

Les élus et les membre du mouvement Cap sur l’avenir vous présentent leurs meilleurs voeux de santé et de réussite pour la nouvelle année. Même si celle-ci s’annonce difficile, nous avons tous la ferme volonté de continuer de travailler fort, dans l’intérêt général, afin que l’Archipel puisse connaître des jours meilleurs.

Une bouffée d’air frais pour les communes !

Le mouvement Cap sur l’avenir se félicite du travail effectué par le Député dans le cadre de la prise en charge des déficits structurels des collectivités.

Suite à la démarche initiée par Annick GIRARDIN à l’Assemblée Nationale en novembre 2007, auprès du Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales Michèle ALLIOT-MARIE, le Gouvernement vient de faire adopter par le Sénat un amendement octroyant une compensation annuelle fixée à 445 000 euros par an pour la Mairie de Saint-Pierre et à 100 000 euros par an pour la Mairie de Miquelon-Langlade.

C’est une réelle bouffée d’air frais pour les finances des communes qui devraient pouvoir retrouver aujourd’hui une plus grande latitude pour développer leurs projets.

Pour en savoir plus…

 

Assemblée générale du mouvement Cap sur l’avenir

Le mouvement « Cap sur l’avenir » communique :

Une assemblée générale du mouvement est programmée ce jeudi 27 novembre 2008 à 18h.

Tous les membres sont invités à assister à cette réunion au siège du mouvement, 7 rue René Autin à Saint-Pierre.

Les personnes désireuses de soutenir nos actions et de participer à la vie du mouvement « Cap sur l’avenir » sont cordialement invitées.

ENQUÊTE « DESSERTE FRET MARITIME » : le rapport

Cette synthèse n’a pas la prétention de trouver « La » solution du problème de la desserte maritime en fret de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon.

Mais en donnant la parole à la population, le mouvement politique local « Cap sur l’avenir » a tout simplement souhaité amorcer l’indispensable réflexion qui doit amener les pouvoirs publics à doter notre archipel d’une desserte fiable, viable et pérenne, et à un prix n’entrainant aucune inflation du coût de la vie.

Qui mieux que la population et les professionnels de Saint-Pierre et Miquelon peuvent donner leurs avis et leurs idées sur ce sujet crucial qui conditionne l’avenir économique de nos îles ?

Ainsi, afin de récolter les avis et sentiments du plus grand nombre d’entre-eux, notre mouvement a organisé durant ce mois d’octobre, plusieurs rendez-vous/débats, a ouvert une page spéciale avec formulaire sur son blog et a procédé à l’envoi par mails et par fax d’un questionnaire destiné aux importateurs et commerçants.

Dans ce document, nous reprenons donc toutes les réflexions qui nous sont parvenues. Certaines peuvent paraître utopiques, d’autres logiques et sur le coup du bon sens. Mais dans leur ensemble, elles méritent toutes notre attention car elles n’ont pour finalité que d’alimenter le nécessaire débat sur ce dossier.

Tous nos remerciements aux très nombreuses personnes qui ont participé à nos débats et ont donné de leur temps pour répondre à nos appels et questionnaires.

Ce document a été transmis ce matin au Préfet de l’Archipel, ainsi qu’aux membres du Conseil des élus.

Le rapport PDF (800 ko) :  ENQUÊTE csadessertemaritime.pdf

1...6566676869...75



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...