• Accueil
  • > Recherche : cap avenir saint pierre

Résultat pour la recherche 'cap avenir saint pierre'

Violences faites aux femmes à SPM : la parole se libère, la prise en charge s’organise

violencesfemmes

Alors que le Premier ministre Edouard Philippe a clôturé lundi 25 novembre le Grenelle contre les violences conjugales, ce grave sujet a déjà été à plusieurs reprises au sein des préoccupations des pouvoirs publics de Saint-Pierre et Miquelon.

Dès 2017, le Conseiller Economique Social et Environnemental (CESE), Yannick Cambray, avait apporté une contribution remarquée dans laquelle il s’inquiétait déjà de voir que peu de signalements avaient été enregistrés, non pas que les cas étaient inexistants sur l’Archipel, mais il faisait le constat que l’exiguïté et le manque d’anonymat sur notre territoire rendait toute démarche plus difficile qu’ailleurs pour les victimes de violences conjugales.

Aujourd’hui, après le Grenelle qui a été décliné localement en Octobre dernier et qui a rassemblé le plus largement possibles les services administratifs, associatifs et élus, quel constat et quelles actions ciblées pour mettre fin à ce fléau ?

La violence faites aux femmes existe et demeure difficile à évaluer sur le territoire. Seules 5 victimes se sont manifestées depuis janvier 2019, confirmant le fait que l’insularité est un obstacle majeur qui empêche les victimes de prendre la parole, même si, selon un constat fait par la gendarmerie , la parole tend à se libérer peu à peu, grâce à une médiatisation accrue.

Si nous remontons un peu plus loin dans les statistiques, ce sont depuis 2007, entre 5 et 6 procédures en moyenne qui sont transmises chaque année au Parquet. L’amplitude va de 2 procédures en 2013 à 9 procédures en 2008, année qui constitue le « pic », suivie de 2018 avec 8 procédures.

Pour accueillir les victimes, un lieu d’écoute, d’accueil et d’orientation (LEAO) a été mis en place en 2015. Inconditionnel, confidentiel et gratuit, on y écoute les victimes et les informe sur leurs droits et on les oriente vers les structures utiles. Ce LEAO propose aussi aux victimes, si besoin, un hébergement d’urgence. Une augmentation de la fréquentation au LEAO est constatée en 2019 : 15 personnes ont ainsi été reçues contre 6 en 2018. Il s’agit de femmes pour 100 % des cas (dont certaines avec enfants) ; la moyenne d’âge des personnes reçues est de 35 ans.

Au niveau de la justice sur l’Archipel, tout dépôt de plainte implique la prise en charge judiciaire et sociale de la victime. L’association LE CLEF est reconnue en tant qu’association d’aide aux victimes depuis 2017 et peut servir de relais dans ce cas.

La gendarmerie quant à elle a mis en place dans chacune des deux brigades un référent « violences intrafamiliales » spécialement formé. Par ailleurs, il existe depuis 2018 une délégation aux droits des femmes à la préfecture avec un référent « violences faites aux femmes ». A Saint-Pierre comme à Miquelon, l’accueil et le secours sont apportés dans le cadre des prestations du CCAS, avec pour Miquelon la volonté de répondre au manque d’hébergement d’urgence en construisant des logements sociaux (étude en cours).

Malgré ces avancées significatives, les associations locales impliquées dans les violences conjugales (notamment LE CLEF, Tout est possible) souffrent de difficultés dans la prise en charge des victimes que ce Grenelle a permis d’exprimer. Manque de thérapeutes libéraux dans l’Archipel pour une prise en charge rapide des victimes comme des auteurs, absence d’hébergement d’urgence sur Miquelon, et mise en veille du service d’aide aux victimes d’infractions pénales sont les limites qui ont été pointées du doigt.

Alors quelles actions peuvent être mises en œuvre pour aller plus loin dans la lutte contre les violences faites aux femmes sur le territoire ? De nombreuse pistes concrètes ont été évoquées le 24 octobre dernier, avec l’identification d’acteurs précis pour chaque mesure.

L’accent a été mis sur des efforts à faire au niveau de la communication localement : promouvoir le numéro d’urgence 39.19, imprimer des flyers adaptés aux spécificités locales, pour les victimes, pour le grand public mais aussi pour les scolaires, monter des ateliers, des cafés citoyens, développer la prise en charge psychologique des victimes et pour cela favoriser le retour sur l’Archipel de thérapeutes libéraux, identifier des lieux d’hébergement d’urgence à Miquelon. Les auteurs des faits doivent aussi être pris en charge : un projet de création de groupe de paroles et d’un stage de responsabilisation pour les auteurs de violences conjugales ont été évoqués.

Des actions concrètes qui nécessitent un financement. En septembre dernier, Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes a annoncé lors d’un déplacement à la Réunion 800 000 euros supplémentaires pour les territoires d’outre-mer, où en 2019 six femmes ont été tuées par leurs conjoints.

Saluons le courage de toutes celles et à tous ceux qui travaillent et s’investissent pour cette cause sur le territoire.

Mairie de Saint-Pierre : un budget primitif 2019 sans saveur…

CM.170119

Première réunion du Conseil municipal de Saint-Pierre ce jeudi 17 janvier, pour le budget primitif 2019.

A cette occasion, le conseiller de Cap sur l’avenir a souhaité s’adresser au membres du Conseil municipal.

  • L’intervention de Yannick Cambray : fichier pdf CM.170119_allocution.YC
  •  La mise au point de Yannick Cambray concernant l’attribution du FEI 2018 à la commune :

  • Un budget primitif sans saveur :

  • L’interview Yannick Cambray, invité du journal radio de SPM 1ère le 18 janvier à 12h30 :

Et comme SPM 1ère n’a fait aucune allusion (?) à l’allocution de Cap sur l’avenir à l’occasion du Débat d’Orientation Budgétaire (DOB), nous nous permettons de publier ici l’intervention de Yannick Cambray : fichier pdf DOB2019_YC

CT : NON à la suppression de l’aide aux productions locales !

CT_181218.2

Lors de la séance officielle du Conseil territorial de ce 18 décembre 2018, la majorité Archipel Demain a entériné la suppression pure et simple, sans dispositif de remplacement, de l’aide à l’investissement et aux productions locales, qui permettait depuis près de 4 ans de soutenir les entreprises de Saint-Pierre et de Miquelon dans leurs investissements productifs et leurs importations de matières premières pour transformation et création d’activité dans l’Archipel.

Comble du comble, le Président Lenormand n’a eu de cesse de vanter les mérites et l’effet bénéfique pour l’économie locale de l’aide qu’il était en train de supprimer !

« On réfléchira plus tard à un éventuel nouveau dispositif », s’est-on contenté de répondre à la colère des conseillers territoriaux de Cap Sur L’Avenir.

La majorité Archipel Demain n’a même pas accepté la proposition de compromis des conseillers de Cap Sur L’Avenir, à savoir le maintien du dispositif actuel en l’attente de la définition et de l’adoption d’un nouveau dispositif, si tel était réellement le souhait.

Main tendue sèchement refusée…

Les entreprises de l’Archipel, et notamment les nouveaux porteurs de projet, n’ont plus le droit à cette aide légitime et nécessaire. C’est une nouvelle attaque en règle de la CT contre l’économie de l’Archipel, qui vient porter au pire moment un nouveau coup aux entrepreneurs, qui peinent déjà tellement dans un contexte bancaire néfaste pour l’activité et doivent supporter des coûts de fonctionnement qui flambent, notamment en matière de location.

Nos entreprises apprécieront !

Ferries : combien de taxes canadiennes le CT va t-il nous imposer de payer pour le port de Fortune ?

bourse-gagner-argent

La population de l’Archipel n’aura malheureusement plus la possibilité d’entendre le Président de la Collectivité en direct lors de l’émission spéciale initialement prévue par SPM 1ère, mais cela ne fait pas disparaître les questions et les interrogations pour autant…

Les sujets d’inquiétude sont nombreux, mais la question principale aujourd’hui résulte sans doute de la déclaration du Président Lenormand dans son communiqué de lundi.
En réponse aux propos du Ministre terre-neuvien du tourisme, Monsieur Lenormand nous répond clairement que ce n’est pas la Collectivité qui va combler le trou financier pour les travaux du Port de Fortune, estimé à un million et demi de dollars, mais que ce sont les Saint-Pierrais et Miquelonnais qui vont le payer directement de leur poche, avec une augmentation des taxes canadiennes sur chaque billet vers Fortune, augmentation dont la Collectivité est en train de négocier le montant.
C’est d’ailleurs ce que viennent de confirmer les autorités du Port de Fortune dans le journal de la péninsule, par la voix du Maire de Fortune :
« Ils (le Président Lenormand et la délégation de Saint-Pierre-et-Miquelon) ont rencontré l’autorité du port et ont convenu d’un arrangement à long terme concernant le montant des taxes que facture l’autorité du port et ils sont désormais en train de négocier avec l’autorité du port cet aspect pour les prochaines années. »
Le Maire de Fortune ajoute de surcroît que la Collectivité a indiqué être prête à payer un complément supplémentaire à l’autorité du Port de Fortune afin de régler la location annuelle du bâtiment pour les douanes canadiennes, une déclaration en contradiction directe avec l’affirmation du Président Lenormand qui disait que la Collectivité ne payerait rien directement.
Article disponible ci-dessous:
Ce qui est clair selon les déclarations du Président Lenormand, c’est que ce sont bien les Saint-Pierrais et Miquelonnais qui vont devoir combler le million et demi de trou pour les travaux du port de Fortune et la location du bâtiment à l’année longue pour les douanes canadiennes, et que la Collectivité est en train de négocier combien nous allons devoir payer de taxes canadiennes supplémentaires sur chaque billet lors de nos voyages à bord des ferries.
Les taxes canadiennes sont déjà passées de 14 dollars par billet à 22 dollars, avant que la Collectivité ne commence à négocier, la question que l’on peut se poser est:
Combien est-ce que la Collectivité va finir par nous demander de payer ? 30, 40, ou pourquoi pas, pendant que nous y sommes, 50 dollars par personne ?
A défaut de réponse devant les caméras, le Président Lenormand peut-il nous répondre au moins par le biais d’un nouveau communiqué?

Le CT va financer le port de Fortune, mais pas celui de Miquelon ? Cherchez l’erreur…

 

ferriesL’opération séduction de la Collectivité territoriale avec les 2 journées « ferries portes ouvertes » à Miquelon, puis à Saint-Pierre, ne doivent pas faire oublier la gestion calamiteuse de ce dossier par l’équipe Archipel Demain.

Si les 2 navires ont bien été livrés par Damen, et finalement acceptés par la Collectivité après une période d’atermoiement aux motivations toujours assez troubles pour nous, il n’en reste pas moins que le fiasco est autant financier que logistique… voilà une belle « patate chaude » laissée par Stéphane Artano – parti au bon moment se faire oublier et se reconstruire une « virginité politique » auprès de nos jeunes – à son successeur, Stéphane Lenormand, qui doit bien se demander chaque jour, qu’est-il venu faire dans cette galère ?

Evidemment, nous avons écouté avec attention les commentaires « rassurants » d’´Olivier Detcheverry – le 3ème Vice-président de la CT chargé du transport – sur le quai de Miquelon lors d’un voyage d’essai du « Suroît » :

Sa « conviction » nous a ému…

Nous avons aussi écouté les explications du PCT sur une évolution possible des horaires des rotations sur Miquelon pour s’adapter aux réalités de la « grande île », suite à ses discussions avec les représentants de l’association « Agir Ensemble pour Miquelon-Langlade »…

Et c’est censé convaincre tout le monde… Il faut se réveiller là, les ferries sont commandés depuis 2 ans !
Depuis que le choix du type de navire a été arrêté et la décision d’acquérir 2 bateaux prise, la Collectivité connaît le temps de traversée etc… et c’est aujourd’hui que l’on parle calendrier de rotations et qu’on entame les discussions avec les usagers… A part nous, ça n’interpelle personne ?!

Et la « cerise sur le gâteau » : après une réception des bateaux chaotique, un fonctionnement annoncé au coût exorbitant (5 millions d’euros de déficit par an !), un calendrier des rotations qui semble totalement improvisé, complètement à côté des besoins notamment des Miquelonnais en termes de consultations médicales au CHFD, de déplacement des scolaires à la piscine de Saint-Pierre ou de retour des étudiants Miquelonnais le week-end, et des dizaines de millions d’euros supplémentaires dépensés pour un simple quai provisoire sur Saint-Pierre… voilà que la Collectivité devrait débourser encore plus pour faire cadeau à Fortune de quais élargis, mais pas sur Miquelon !

Pourtant, le port de Fortune bénéficiera, si l’on en croit les responsables de la Collectivité, d’une augmentation significative de passagers avec la mise en service des ferries, donc de nouvelles rentrées… selon vous, qui sont les dindons de la farce ?

La lecture du compte-rendu du Ministre terre-neuvien du tourisme, M. Mitchelmore, suite au déplacement du Président de la Collectivité chez nos voisins nous apporte la réponse….

Alors que la majorité du Conseil territorial se fait bien discrète depuis des mois sur la question de qui va payer les travaux nécessaires sur Fortune pour que les ferries puissent entrer pleinement en service, les choses sont très claires pour le Ministre terre-neuvien après le déplacement du Président Lenormand :

« J’ai rencontré les responsables de Saint-Pierre-et-Miquelon vendredi, et j’ai bon espoir qu’ils (le Port de Fortune) vont trouver un accord avec Saint-Pierre-et-Miquelon qui leur fournira les moyens de financer les travaux d’élargissement. »
(source : Globalnews.ca)

Comment l’accepter, alors qu’en parallèle, la majorité actuelle au Conseil territorial, Archipel Demain, refuse d’investir sur le port de Miquelon, malgré – ou peut-être à cause – des investissements colossaux sur Saint-Pierre pour construire de simples quais provisoires et maintenant les aménagements à Fortune ?!

Pour quelle raison les responsables de la Collectivité trouvent-ils légitime de financer les infrastructures à Saint-Pierre et même à Fortune… mais pas à Miquelon ?

Pourtant, rappelez-vous… tout était tellement mûrement réfléchi, tellement prêt, il y a un an déjà…

« A Archipel Demain, nous ne sommes pas des vendeurs de rêve » qu’il disait…

12345...34



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...