• Accueil
  • > Recherche : debat conseil territorial

Résultat pour la recherche 'debat conseil territorial'

Page 5 sur 7

Objectif 2012 !

Mobilisons-nous pour préparer le changement !

Des échéances politiques majeures nous attendent en 2012 : renouvellement du Conseil Territorial, élections présidentielles, puis législatives.

Pour le Mouvement « Cap sur l’Avenir », l’élection de mars 2012 pour le Conseil Territorial représente l’objectif prioritaire de tous ces rendez-vous électoraux.

La Collectivité reste en effet le point central et incontournable de tout développement économique de l’Archipel. C’est elle qui doit guider, impulser et fédérer toutes les initiatives pour construire un avenir meilleur pour nos enfants.

2012 c’est demain ! Aussi, afin de préparer au mieux cette échéance capitale pour Saint-Pierre-et-Miquelon, «Cap sur l’Avenir» a besoin de votre soutien et de votre implication. Venez partager vos idées et nous faire bénéficier de vos compétences, cela dès aujourd’hui !

«Cap sur l’Avenir» a l’ambition de regrouper une équipe compétente et motivée pour le Conseil Territorial, une équipe qui aura pour priorité d’insuffler une nouvelle dynamique à notre Archipel, grâce à l’élaboration d’un modèle économique et social où chacun d’entre-nous trouvera sa place.

Si vous souhaitez nous aider, nous apporter vos réflexions, participer à nos débats ou tout simplement nous soutenir et nous encourager, rejoignez-nous en adhérant à «Cap sur l’Avenir».

Formulaire d’adhésion :  Objectif 2012 ! dans Politique pdf adhesioncsa2011.pdf

Séance officielle du Conseil territorial du 16 décembre 2010

Les conseillers territoriaux se réunissaient pour la dernière fois de l’année, jeudi dernier le 16 décembre. Un ordre du jour initial dont les délibérations concernaient principalement la fiscalité, le plan local de l’urbanisme (suite à la consultation des électeurs), le code des douanes ou des affaires foncières. Deux ordres du jour complémentaires concernaient le compte de partage du Service Postal, l’impôt sur les société des entreprises publiques locales et la modification des statuts de la SEM SIFPA (société d’économie mixte de la filière pêche).

La quasi totalité des délibération a été votée à l’unanimité, même si elles ont fait l’objet de certaines observations de la part des représentants de notre mouvement politique.

Voici donc quelques extraits des commentaires en séance d’Annick Girardin, repris de la retransmission des débats en direct effectuée depuis quelque séances par Radio Atlantique :

  • Consultation des électeurs du 12 décembre sur la modification du plan local d’urbanisme :
  • Télévision Numérique Terrestre : exonération douanière sur les adaptateurs destinés à la réception de la TNT :

Les discussions ont par contre été plus vives concernant les délibérations proposées dans le second ordre du jour complémentaire.

A cette occasion, invoquant « la judiciarisation de la vie publique locale », le Président Artano a souhaité quitter la salle des délibérations et a transmis la présidence de séance à M. Jean-Yves Desdouets. En fait, il est vrai que lorsque les délibérations visent une structure dont la présidence est assumée par le Président du Conseil territorial, ce dernier doit éviter de participer aux débats et aux votes s’il veut éviter tout recours. Quant à « la judiciarisation de la vie publique locale », il est « fort de café » d’entendre le Président Artano s’en plaindre, alors que c’est lui qui a porté plainte contre CSA l’an dernier pour diffamation et outrage sur le dossier Seafood.

  • La première délibération concernait la modification de l’impôt sur les sociétés pour les entreprises publiques : pdf dans Conseil territorial impotsurlessem.pdf

Les conseillers territoriaux de Cap sur l’avenir ont voté pour cette délibération, mais ont tenu à faire part de quelques réflexions :

Annick Girardin :

  • La seconde avait pour objet la modification des statuts de la SEM SIFPA (Société d’Investissements de la Filière Pêche de l’Archipel) :

pdf statutsseml.pdf

En préambule, Annick Girardin a pris la parole pour évoquer son sentiment sur l’évolution sur la filière pêche à Saint-Pierre-et-Miquelon :

L’intervention d’Annick Girardin : 

Dans un second temps, le conseiller territorial Yannick Cambray s’est exprimé au nom de Cap sur l’avenir pour préciser les raisons de notre ferme désaccord sur cette délibération, souligner le manque de transparence sur la gestion de ce dossier et réclamer une nouvelle fois des explications précises et claires.

Yannick Cambray : pdf statutssemyc.pdf

Une discussion s’en est suivi entre les conseillers territoriaux de CSA et le président de séance, M. Desdouets, discussion qui ne nous a pas plus éclairés et encore moins convaincus.

Discussion :

Une fois ces délibérations votées, le Président Artano a repris la présidence de séance et a souhaité apporter son point de vue sur les débats précédents qui ont eu lieu en son absence. Malgré une longue prise de parole, comme à son habitude, le Président Artano a bien su « noyer le poisson » et n’a finalement apporté aucune réponse… ce qu’a bien su souligner en fin de séance Annick Girardin.

Annick Girardin :

Vous pouvez retrouver l’intégralité de la séance du Conseil territorial du 16 décembre 2010 sur le site de Radio Atlantique.

Conseil territorial : le “bon élève” nous prendrait-il pour des cancres ?

Le 16 février 2010, le conseiller territorial d’Archipel Demain Gérard GRIGNON avait dressé au cours de la séance officielle un portrait élogieux et particulièrement « enflammé » du Président Stéphane ARTANO, afin de souligner son excellent travail de gestionnaire dans le redressement, sinon le sauvetage, des finances locales.

Extraits de sa déclaration :

Pour notre part, nous avons souligné à diverses occasions sur RFO ou sur notre blog, que depuis l’arrivée de l’équipe d’Archipel Demain à la tête du Conseil Territorial en 2006, la dette de la Collectivité avait explosé, passant de 18 Millions à 22 Millions d’euros, et cela sans comptabiliser dans ces chiffres les nouveaux emprunts 2010, dont 2,5 Millions d’euros affectés aux investissements du Budget Primitif 2010. Pour être précis, la dette de la Collectivité était en 2006 de 18,278 Millions d’euros, alors qu’en fin 2009, cette même dette était de 21,765 Millions d’euros, soit un accroissement de l’endettement de près de 20 % en 4 ans !
Bref, nous avons démontré que la Collectivité était aujourd’hui très endettée et qu’à cette allure, nous rencontrerions très prochainement de graves problème financiers et budgétaires.

L’analyse « version Cap Sur l’Avenir » est pour le moins, à l’opposée de la « version Grignon » !

Dans le débat politique lorsque l’opposition et la majorité s’affrontent dans les domaines économique et financier, le « commun des mortels » a tendance à renvoyer dos à dos les uns et les autres, pensant, à tort ou à raison, que l’on fait dire ce que l’on veut aux chiffres.

Lors de la séance du Conseil Territorial du 11 octobre dernier, ce ne sont pas les élus de Cap Sur l’Avenir ni ceux d’Archipel Demain qui ont présenté l’analyse financière de la Collectivité Territoriale de St-Pierre et Miquelon, mais bel et bien un technicien, un acteur « neutre » et particulièrement au fait des finances locales, puisqu’il s’agit du Trésorier Payeur Général.

Plutôt qu’un long discours, voici quelques citations du TPG relevées lors de son exposé en séance publique sur les finances du Conseil Territorial :

  • Dégradation en 2009 des ratios et éléments comptables…
  • Equilibre financier global bon, mais fragile…
  • Variation globale de l’autofinancement à la baisse (baisse de la capacité d’autofinancement de 41 % sur la période 2007-2009, frais d’expertises en hausse de + 130 000 euros entre 2008-2009…)
  • Dégradation du ratio « CAC »*. Le « CAC », la capacité de la Collectivité à autofinancer ses investissements jusque là stable, atteint un niveau alarmant en 2009…
  • Le ratio « encours de dettes » montre que 58 % des produits réels sont absorbés par le remboursement en capital en 2009 (hausse de ce taux à surveiller)…
  • Le niveau de « CAF** » n’est plus suffisant pour rembourser l’emprunt en 2009
  • Niveau d’endettement problématique (niveau d’endettement qui atteint les limites possibles)
  • Gestion active de la dette nécessaire …

No comment ! Sinon de constater que cette analyse technique est plus proche de notre version que de celle de Monsieur Grignon… pas sûr que le « bon élève » (comme se définit lui-même le Président du Conseil territorial) obtienne son bon point…

*CAC : Coéfficient d’Autofinanement Courant
**CAF : Capacité d’AutoFinancement brut

Le navire amiral de la flotte prend l’eau !

Nous espérions tous, en cette première soirée d’été, que l’Amiral ARTANO venait nous annoncer au JT de RFO que Le Cabestan prendrait la mer…
Finalement – bouteilles d’huile à l’appui – le « Pacha » nous a annoncé que son bateau prenait l’eau !

Et pourtant, si Cap sur l’avenir est resté silencieux ces derniers mois, laissant à l’Amiral de la flotte administrative le bénéfice du doute, Yannick CAMBRAY avait par contre soulevé un certain nombre d’interrogations techniques au cours de la séance officielle du Conseil territorial du 26 novembre 2009, avant que l’assemblée ne se plie au « choix du Président ».

Des interrogations pourtant légitimes, car basées sur l’avis de professionnels du domaine maritime qui avaient tous tirés la sonnette d’alarme en apprenant que la Collectivité s’apprêtait à acheter le « Locmaria ». D’autant que cette décision endettait les Saint-Pierrais et Miquelonnais pour 15 ans !

Mais l’Amiral ne s’est pas abaissé à écouter les avertissements du matelot CAMBRAY, dans la marine il y a une règle simple :

  • Article 1 : Le Pacha a toujours raison.
  • Article 2 : Quand le Pacha a tort, se référer à l’article 1.

Souvenez vous comment le « Pacha » avait évacué d’un revers de main la problématique de la révision des moteurs du « Locmaria », futur « Barachois », mais finalement aujourd’hui « Le Cabestan » : selon lui, il ne fallait pas se tromper de débat, la Collectivité aurait le temps de faire construire son nouveau ferry, que « Le Cabestan » n’aurait pas encore besoin de faire sa révision des moteurs…

Stéphane ARTANO – JT RFO du 26/11/2009

http://www.dailymotion.com/video/xdt37l
Quelques mois après, en ce lundi 21 Juin 2010, le « Pacha » avait certes perdu de sa superbe, mais nous annonçait avec aplomb, et à l’inverse de ce qu’il avait déclaré en novembre, qu’une révision des moteurs était bien prévue pour Septembre prochain!?

Stéphane ARTANO – JT RFO du 21/06/2010

http://www.dailymotion.com/video/xdt5ib
Nos interrogations de novembre 2009 étaient donc bien légitimes, et si les simples matelots que nous sommes étaient au courant notamment de cette nécessaire cale-sèche, comment croire que l’Amiral et ses conseillers ne l’étaient pas ?! Qu’on arrête de prendre les Saint-Pierrais et les Miquelonnais pour ce qu’ils ne sont pas !

Après des mois de blackout sur les travaux à bord classés « secret défense » par l’Amiral (interdiction pour RFO de filmer) et d’interviews réalisés par le SIRPA* local pour diffuser une information contrôlée, le « Pacha » est aujourd’hui face à ses responsabilités.

S’il avait au moins daigné écouter et procéder à une véritable vérification de nos informations, nous n’en serions certainement pas là. Si, comme nous le souhaitions, il avait accepté de ré-étudier la possibilité de location « coque nue » ou d’achat de l’Atlantic Jet, les liaisons maritimes avec Miquelon et Terre-Neuve auraient certainement repris depuis longtemps.

Mais l’Amiral est le seul maître à bord de la Collectivité ! Il est le seul à savoir et à prendre les décisions, même si celles-ci nous conduisent droit au naufrage… financier celui-ci… Mais de cela, nous aurons certainement l’occasion d’en reparler !

*Service d’Information et des Relations Publiques des Armées.

Séance du Conseil Territorial du lundi 29 mars : Le rachat des parts sociales que « Seafood » détient dans la SEML fait toujours débat !

Cinq délibérations étaient à l’ordre du jour de la séance du Conseil Territorial de ce lundi 29 mars.

Sur ces 5 délibérations, 4 ont été votées à l’unanimité des conseillers présents dont celle sur la contraction d’un emprunt de 700 000 euros destiné à l’achat d’un navire pour assurer (enfin !) une desserte régulière sur Langlade.

Le conseiller territorial de Cap sur l’avenir, Yannick CAMBRAY, a souligné en séance que cette desserte était indispensable tant pour les langladiers que pour les habitants de Miquelon, et plus particulièrement pour les estivants, touristes, chasseurs et pêcheurs qui souhaitent se déplacer sur l’île voisine.
Cette desserte est également un outil de désenclavement, de développement économique et de sécurité pour les habitants de Miquelon-Langlade, une sorte de « roue de secours » pour un éventuel arrêt technique du futur bateau qui assurera la desserte de Miquelon.

Comme on pouvait s’y attendre, une délibération a fait l’objet d’une longue mise au point du conseiller territorial de Cap sur l’avenir. Il s’agit de celle concernant le rachat par la Collectivité des parts sociales que détient (détiendrait ?) « Louisbourg Seafood Investissements » dans la Société d’économie mixte SEML. A noter que le Président du Conseil Territorial a refusé de répondre aux remarques et interrogations soulevées par Yannick CAMBRAY, ce que nous ne pouvons que regretter.

L’intervention de Yannick CAMBRAY sur le « dossier Seafood » :

Séance du Conseil Territorial du lundi 29 mars : Le rachat des parts sociales que ycct290310.pdf

1...34567



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...