• Accueil
  • > Recherche : debat conseil territorial

Résultat pour la recherche 'debat conseil territorial'

Page 7 sur 7

Réflexion sur la desserte maritime

La Commission des Services Publics Locaux qui s’est tenue ce mercredi 21 janvier dans la salle de réunion du Conseil Territorial avait pour objectif de débattre du dossier de la desserte maritime.
Cette réunion faisait suite à celle organisée le 9 janvier dernier à la CACIMA, réunion au cours de laquelle le Préfet, Monsieur Jean-Pierre BERCOT, avait présenté à l’ensemble des élus locaux, les différents rapports réalisés à la demande de l’Etat (dont celui du cabinet de consultants SOGREAH), ainsi que le calendrier devant amener au choix, vers la mi-avril, d’un nouveau délagataire de la desserte maritime en fret de l’archipel.

La réunion du 21 janvier s’est déroulée à huis-clos et ne regroupait cette fois que des élus : représentants du Conseil Municipal de St-Pierre, représentants du Conseil Municipal de Miquelon-Langlade, représentants du Conseil Territorial, de la CACIMA ainsi que le Député, la Conseillère Economique et Sociale et le Président du Comité Economique et Social.
Aucun représentant de l’Etat n’assistait à cette Commission, afin de permettre aux élus de l’archipel de débattre en toute franchise sur les rapports réalisés et commandés par l’Etat. Le but étant de faire remonter par la suite au Préfet sous forme d’avis, les recommandations et les doléances des représentants de la population sur ce sujet, ô combien crucial pour l’Archipel.

Le mouvement Cap Sur l’Avenir était représenté au sein de cette Commission par le Député Annick GIRARDIN, le Conseiller Municipal de St-Pierre Pierre SALOMON et le Conseiller Territorial Yannick CAMBRAY.

Ayant déjà procédé à une analyse attentive des documents fournis par la Préfecture en préparation de cette réunion, les élus de Cap Sur l’Avenir, plutôt que de procéder à une analyse et/ou une critique détaillées des différents rapports réalisés par l’Etat, ont tenu à regretter d’emblée :

 

  • La non-prise en compte par l’Etat de l’hypothèse d’un véritable « Service Public » dans les scénarios envisageables pour notre desserte (l’Etat ne parle ici que de Délagation de Service Public – DSP – !!!)
  • L’absence de réflexion sur la problématique de la desserte maritime de notre Archipel dans sa globalité, c’est à dire incluant le fret, les passagers, tant au niveau de l’inter-îles que de l’international !!

Si la solution « DSP » était retenue par l’Etat, comme cela semble se profiler, ce serait revenir au même point et risquer de se retrouver dans la même situation de blocage dans les prochaines années.
Toutefois, les élus de Cap Sur l’Avenir ont formulé 5 préalables :

 

  • La reprise du personnel à terre du précédent délagataire Alliance SA ;
  • L’embarquement d’au minimum deux marins locaux sur le prochain navire qui assurera le transport entre Halifax et St-Pierre ;
  • La prise en compte de la desserte sur Terre-Neuve dans le périmètre de cette éventuelle Délagation de Service Public ;
  • Mettre au coeur de la réflexion la notion de « continuité territoriale » pour les produits en provenance d’Europe. L’archipel doit bénéficier, au même titre que les autres territoires d’Outre-Mer de cette « continuité territoriale », pour des raisons de santé publique, de normes européennes à respecter (BTP, matériel électrique… ), pour les produits de première nécessité, sans oublier la préservation de notre « identité » française en Amérique du Nord (tourisme) ;
  • Le refus, en l’état, de dissocier l’empotage et le dépotage des containers du transport des marchandises. Une DSP – telle que présentée – qui se limiterait à un transport des containers « de quai à quai » ne manquerait pas de provoquer une « flambée » du prix global du transport maritime des marchandises.

Malheureusement, selon ce que nous avons entendu, l’Etat ne semble s’intéresser ici qu’à la desserte maritime en fret à partir d’Halifax, alors que nous avons là, l’occasion d’opérer une réelle remise à plat du transport maritime dans toutes ses facettes et de réfléchir, une bonne fois pour toute, à la mise en place d’un système optimisé, afin de rationaliser ce service primordial. Nous devons garder à l’esprit que tout développement économique est conditionné par la mise en place d’une desserte efficace et de qualité, qu’elle soit en marchandises ou en passagers.

Budget Primitif 2008 de la Collectivité territoriale

« Cap sur l’Avenir » a voté contre 

Les deux Conseillers Territoriaux de « Cap sur l’Avenir », Annick GIRARDIN et Yannick CAMBRAY, ont voté contre le Budget Primitif 2008 de la Collectivité Territoriale présenté par le Président Stéphane ARTANO lors de la séance officielle du mercredi 14 Mai.
Globalement, les élus de CSA estiment que la vision qu’ils se font du rôle de la Collectivité territoriale est très éloignée de celle de la majorité « Archipel Demain ».
La politique menée par Monsieur ARTANO et son équipe se résume trop souvent à une stratégie d’équilibre financier, à une gestion annuelle sans réelle ligne directrice pour l’avenir.
A contrario, les élus de CSA défendent une vision politique à long terme, basée sur le développement économique de l’Archipel. Ils estiment que le budget n’est pas qu’un exercice comptable dont l’unique objectif est d’équilibrer les comptes, mais qu’il doit être un « outil » au service du développement. C’est ce dessein que les représentants de CSA ne retrouvent pas dans le budget de la Collectivité territoriale.

Lire la suite de ‘Budget Primitif 2008 de la Collectivité territoriale’

Débat d’orientation budgétaire 2008 – Conseil territorial

Le discours de Yannick CAMBRAY au débat d’orientation budgétaire 2008, séance du Conseil territorial du 28 mars 2008 :

Débat d'orientation budgétaire 2008 - Conseil territorial dans Budget pdf ycdiscoursct.pdf

Monsieur le Préfet,
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,
Chers Collègues,

Ce traditionnel débat d’orientation Budgétaire est l’occasion chaque année de dresser le bilan de la situation économique et sociale de l’Archipel, mais aussi, et surtout, de définir des perspectives pour l’avenir et de mettre en avant des projets porteurs d’espoir. Si effectivement l’Archipel va mal, il n’en demeure pas moins à mes yeux que des opportunités existent pour relancer notre économie.

Je le disais, l’Archipel va mal. Les principaux indicateurs économiques et sociaux sont malheureusement là pour nous le rappeler.

La dernière note de synthèse de l’IEDOM démontre que le marché de l’emploi se détériore et que notre Balance Commerciale se dégrade alors que l‘on pouvait logiquement penser avoir déjà touché le fond ! Voici quelques chiffres pour illustrer mon propos :

  • En décembre 2007, l’Archipel comptait 358 demandeurs d’emploi toutes catégories confondues, soit 20% de plus qu’en Décembre 2006 !
  • Les exportations s’effondrent de 70% en valeur et de 64% en volume sur 1 an !
  • En Décembre 2007, 31 personnes bénéficiaient de l’allocation RMI contre 24 en 2006 !

Parallèlement à ces données pour le moins inquiétantes, les consommateurs constatent chaque semaine en faisant leurs courses, un dérapage des prix à la consommation. L’indice des prix publié par la Préfecture leur donne raison, puisque l’ensemble du poste « Alimentation » de cet indice a augmenté de près de 5% sur l’année 2007 avec des hausses « records » de 19% pour le beurre, de 11% pour les fruits et légumes et de 7% pour le fromage, pour ne citer que les plus significatifs…, et cela, je le répète, sur un an !

Lire la suite de ‘Débat d’orientation budgétaire 2008 – Conseil territorial’

1...34567



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...