• Accueil
  • > Recherche : transport avenir

Résultat pour la recherche 'transport avenir'

Page 7 sur 9

Tout ça pour ça !!

La nouvelles est tombée au cours du journal télé de RFO de ce mardi 7 juillet : l’Etat a délégué la desserte maritime internationale en fret de l’Archipel entre Halifax et St-Pierre à la Société TSI (Transport International Service), société créée en décembre 2008 par Messieurs Michel, Max et Jacky GIRARDIN.

Qu’en penser ?

Mise à part l’annonce du nom du nouveau délégataire, il faut bien avouer que le Préfet a été bien discret et évasif sur le contenu de cette nouvelle Délégation de Service Public (DSP). Malgré tout, Cap Sur l’Avenir peut d’ores et déjà exprimer 3 regrets :

  • Le refus par le Gouvernement de mettre en place un véritable « service public » pour notre desserte ;
  • Le refus par l’Etat de traiter la problématique de la desserte maritime de notre Archipel dans sa globalité, c’est à dire incluant le fret, les passagers, tant au niveau de l’inter-îles que de l’international ;
  • L’obstination de l’Etat à vouloir confier la gestion de la desserte maritime internationale en fret à un acteur économique local (importateur/commerçant/entrepreneur), alors que cette solution a été largement décriée par une grande majorité de la population qui n’en peut plus des « guéguerres » (inévitables sur un petit territoire comme le nôtre) qui ne manqueront pas d’éclater (comme par le passé) entre le transporteur et les autres importateurs, commerçants et entrepreneurs locaux ;

Par ailleurs, le Préfet est resté très flou sur des aspects de cette DSP pourtant essentiels pour nous :

  • Quid de la reprise de l’ex-personnel à terre d’Alliance S.A toujours au chômage et de l’embarquement de marins locaux sur le prochain navire qui assurera la desserte ?
  • Quid de la prise en compte de la desserte sur Terre-Neuve dans le périmètre de cette DSP ?
  • Quid de la solution dite du « palan/sous palan » ?
  • « Last but not least », quid du prix du transport des marchandises ?

Enfin, en tant que Conseiller territorial, je ne peux que regretter le fait que le Préfet de l’Archipel ait rendu public le nom du prochain délégataire et le peu d’éléments concernant le contenu de la prochaine DSP, sans même daigner en référer au préalable à l’ensemble des élus siègeant dans la Commission des Services Publics Locaux, alors qu’il s’y était engagé en mettant en avant les notions de « transparence » et de « concertation »… quelle mascarade ! Quant à l’annonce en plein juillet de cette décision tant attendue depuis des mois… le choix de la période n’est pas innocente… la technique est bien connue : profiter de l’été, période de vacances où les gens sont certainement moins attentifs à l’actualité, pour faire passer la couleuvre, que personnellement j’ai du mal à avaler.

Bref, après un an de « réflexion » et de mise en scène, qu’est-ce qui a changé ?

Rien ! On a remplacé Alliance SA par Transport International Service et on a remplacé les dirigeants, tous aussi commerçants et importateurs que leurs prédécesseurs… quel piètre tour de passe passe…
Malgré le ton solennel adopté par le Préfet, « la montagne a accouché d’une souris »… la saga du transport maritime a encore de beaux jours devant elle !

Yannick Cambray

 

Et encore, « on n’vous dit pas tout » !!

Si Anne Roumanof avait l’idée de s’inspirer de la situation de l’Archipel pour écrire ses célèbres sketchs « brèves de comptoir », nul doute qu’elle aurait du « grain à moudre » depuis 3 ans que l’équipe « Archipel Demain – UMP » est à la tête de la Collectivité !

En ce début d’été 2009, tout va de mal en pis :

-      Après l’annonce en grandes pompes par le président du Conseil territorial en septembre 2006, d’un Schéma de Développement Touristique qui devait nous permettre de doubler d’ici 2010 le nombre de visiteurs (soit atteindre les 26 000 touristes !!!), c’est plutôt à un mélodrame digne de la série télé « Plus belle la vie » auquel nous assistons au sein du Comité Régional du Tourisme :

  • licenciement du directeur en début d’année,
  • nomination d’une directrice métropolitaine en avril, à propos de qui le Président Artano ne tarissait pas d’éloges,
  • démission de la présidente du CRT il y a quelques semaines, qui a également démissionné de son mandat de conseiller territorial de la majorité,
  • mouvement social des employés du CRT la semaine dernière, réclamant le départ de la directrice. Les touristes sont accueillis au CRT sous des banderoles syndicales du plus bel effet… ce sera certainement la « french touch » que retiendront ces visiteurs…
  • annonce il y a quelques jours du président Artano sur le plateau du JT de RFO, du limogeage de la directrice en pleine saison (!!!), et n’en doutons pas, avec certainement à la clé des indemnités de départ « rondelettes » !

Bref, un constat désastreux en quelques mois et un gâchis de « quelques » dizaines de milliers d’euros plus tard, c’est le « souk » le plus complet dans le secteur du tourisme ! L’association des professionnels du tourisme « Le Phare » en a même perdu en route sa présidente, qui écoeurée par ce grand « foutoir » a fini par jeter l’éponge et démissionner !

-      Un transport inter-îles, tant en fret qu’en passagers, qui chaque jour nous améne son lot de cafouillages, de fausse solution et de rebondissements. Malgré la flambée de subventions versées aux armateurs, nous voilà propulsés 15 ans en arrière !!

-      Une maison de retraite à Miquelon flambant neuve qui désespère d’accueillir ses premiers pensionnaires !

-      Un réseau d’eau et d’assainissement qui a englouti des millions d’euros et qui déverse dans la nature ses flots de matières fécales et ses odeurs pestilentielles, pour le « bon plaisir » des estivants !

-      Des aide-ménagères laissées sans ressources, que l’on ballotte d’un service à l’autre et dont il serait urgent de prendre en compte la détresse !

-      Une filière « pêche » qui navigue sans capitaine et dont les acteurs se demandent à quelle sauce ils vont être mangés !

Et pour finir, un Président du Conseil territorial qui « pleure » publiquement sur les « misérables » 500 euros que la justice lui reproche de gagner en trop… Mais quand on gagne 8100 euros par mois, on ne fait pleurer personne Monsieur le président ! Les aide-ménagères et les salariés modestes de l’Archipel apprécieront certainement cette lamentation indécente, eux qui attendent avec impatience un geste de ce même président pour qu’il abonde de 50 « malheureux » euros le RSTA, ce qui leur permettrait, à l’instar de leurs collègues ultra marins, d’espèrer un « petit plus » pour leur pouvoir d’achat dès cet été !

Allez, c’est pas grave, on oubliera tout ça bientôt quand on fera la fête durant les « Déferlantes Atlantiques »… pardon ?… y’a pas de « Déferlantes » non plus ?!!!

Le Conseil territorial, les mouvements Archipel Demain et l’UMP975 vous souhaitent un bon été… Mecontent

Yannick Cambray

Desserte Maritime : Rappel de la position de Cap Sur l’Avenir

Voilà près d’un an que la population attend avec une certaine impatience que les pouvoirs publics trouvent enfin une solution adaptée à nos besoins pour la desserte maritime de l’Archipel.

L’impatience de nos concitoyens est légitime et à quelques jours (semaines ?) du verdict final quant au nouveau schéma arrêté pour la desserte maritime, le Mouvement Cap Sur l’Avenir tient à rappeler sa position sur ce dossier, position exprimée à plusieurs reprises tant sur les ondes de RFO que sur ce site internet.

Lors de la Commission des Services  Publics Locaux qui s’est tenue le 21 janvier dernier, les élus de Cap Sur l’Avenir présents à cette réunion (à savoir Annick GIRARDIN, Pierre SALOMON et Yannick CAMBRAY) ont regretté :

  • La non-prise en compte par l’Etat de l’hypothèse d’un véritable « Service Public » dans les scénarios envisageables pour notre desserte (l’Etat ne parlant que de Délégation de Service Public – DSP);
  • L’absence de réflexion sur la problématique de la desserte maritime de notre Archipel dans sa globalité, c’est à dire incluant le fret, les passagers, tant au niveau de l’inter-îles que de l’international.

Dans l’hypothèse où l’Etat retiendrait la solution « DSP », les élus de Cap Sur l’Avenir ont formulé, toujours au cours de cette Commission du 21 janvier, plusieurs préalables, dont :

  • La reprise du personnel à terre du précédent délégataire Alliance SA et l’embarquement de marins locaux sur le prochain navire qui assurera le transport entre le continent canadien et St-Pierre;
  • La prise en compte de la desserte sur Terre-Neuve dans le périmètre de cette éventuelle DSP;
  • Le refus de dissocier l’empotage et le dépotage des containers du transport des marchandises. Nous sommes contre la solution dite du « palan/sous-palan ».

Nous estimons que depuis près d’un an, l’Etat et la Collectivité territoriale avaient l’occasion d’opérer une réelle remise à plat du transport maritime dans toutes ses facettes et de réfléchir, une bonne fois pour toute, à la mise en place d’un système optimisé et qui réponde aux besoins des St-Pierrais et des Miquelonnais.
De plus, nous devons garder à l’esprit que tout développement économique est conditionné par la mise en place d’une desserte maritime efficace et de qualité, qu’elle soit en marchandise ou en passagers.
On peut disserter tant qu’on veut sur un schéma de développement économique sur 10, 20 ou 30 ans, mais tant que l’Archipel ne disposera pas d’une desserte maritime digne ce ce nom, tant en fret qu’en passagers, tant en inter-îles que vers l’international, tous ces beaux schémas ne resteront qu’à l’état de « beau discours ».

Yannick CAMBRAY

Spécial « Elections européennes » : Rôle et Pouvoirs des députés européens

Le 7 juin, vers 18H00 heure locale, les derniers bureaux de vote fermeront leurs portes dans l’Union Européenne (Rappel important : à St-Pierre et Miquelon, nous voterons le samedi 6 juin de 8H00 à 18H00). Se dessinera alors progressivement le visage du nouveau Parlement européen. 736 députés auront été élus, dont 72 en France (et plus spécifiquement 3 pour la circonscription Outre-Mer). Ils détermineront en grande partie l’orientation politique de la construction européenne pour les cinq ans à venir.

Aux côtés du Conseil de l’Union européenne, où siègent les Etats membres, et qui représente l’intérêt général, le Parlement est l’une des pièces maîtresses de l’échiquier institutionnel et politique européen. Le Parlement européen n’a pas d’équivalent au monde; il est le premier parlement transnational élu au suffrage universel direct. Le Parlement européen, qui siège à Strasbourg, dispose en effet de l’ensemble des pouvoirs propres à une assemblée représentative : pouvoir législatif, budgétaire et de contrôle.

En matière législative, les députés ont vu leurs pouvoirs considérablement renforcés depuis l’introduction du principe de « codécision » prévu par le traité de Maastricht adopté en 1992 : il donne au Parlement et au Conseil le même poids dans les domaines tels que le transport, l’environnement ou la protection des consommateurs, grâce à son droit d’amender les projets de textes européens. Aujourd ‘hui, deux tiers des lois européennes sont adoptées conjointement par le Parlement et le Conseil. A noter que le traité de Lisbonne, en cours de ratification par les Etats membres, prévoit la généralisation de la procédure de codécision qui s’appliquerait ainsi à la quasi-totalité des domaines de compétences communautaires.

Les députés européens votent les dépenses dites « non obligatoires » du budget de l’Union européenne, qui s’élèvent au total à 134 milliards d’euros en 2009. Ces dépenses non obligatoires portent sur des secteurs fondamentaux pour la construction communautaire, comme le réseau de transports européen, l’énergie, l’environnement, l’éducation ou encore le soutien à l’emploi et aux régions défavorisées, tandis que les dépenses « obligatoires » concernent la politique agricole commune ( PAC ) et les dépenses liées aux accords internationaux. Si le traité de Lisbonne est ratifié, c’est sur l’ensemble du budget que le Parlement européen sera appelé à se prononcer.

Le pouvoir de contrôle des députés se traduit notamment par la possibilité de nommer des commissions d’enquête, comme ce fut le cas récemment à propos des vols secrets de la CIA à destination de bases militaires américaines en Europe ou lors de la crise de la vache folle.

S’il revient au Parlement d’approuver la nomination du président de la Commission, proposée par le Conseil, ainsi que la composition de l’ensemble du collège des commissaires, il a aussi le pouvoir de renverser cette même commission en votant une motion de censure. En 1999, la commission Santer, craignant une telle procédure, a démissionné. A l’avenir, l’élection du président de la Commission européenne par les députés, prévue dans le traité de Lisbonne, donnera un rôle décisif au Parlement et ouvrira la voie à une politisation encore plus nette de son action.

parlement2009.jpg

Dans la mandature qui se termine vous constaterez que le Groupe socialiste au Parlement européen était le second en nombre avec 217 députés. Ce samedi 6 juin, c’est l’occasion de donner une nouvelle orientation politique au Parlement européen, une orientation plus sociale. Il n’en dépend que de vous.

A l’occasion de ces élections européennes, nous vous rappelons que les deux mouvements politiques locaux, « Cap Sur l’Avenir » et « Ensemble pour Construire », ainsi que les fédérations locales du Parti Socialiste (PS) et du Parti Radical de Gauche (PRG) ont décidé de s’unir derrière la liste du Parti Socialiste conduite par Ericka BAREIGTS. Cette union locale en faveur de la liste PS s’est concrétisée par la publication d’une circulaire spécifique à notre Archipel.

Sources infos : « L’Europe en France » de mai 2009.

Conseil territorial : débat d’orientation budgétaire

Le principal point à l’ordre du jour de la séance officielle du Conseil Territorial de ce lundi 9 mars était le Débat d’Orientation Budgétaire de l’année 2009.

Au nom de « Cap Sur l’Avenir », le conseiller territorial Yannick CAMBRAY s’est inquiété de l’augmentation de la pression fiscale que subissent les habitants de l’Archipel depuis 2006. Il a regretté que face à la crise économique, aucune mesure ne soit envisagée pour redonner du pouvoir d’achat à nos compatriotes et il a souligné le manque d’ambition du budget d’investissement de la Collectivité pour l’année à venir.

L’intervention de Yannick CAMBRAY RFO radio le 10/03/09 :

Sept délibérations à caractère budgétaire et réglementaire complétaient cet ordre du jour, ainsi qu’un avis adopté à l’unanimité portant reconduction des autorisations d’émettre à « Radio Atlantique » et « Archipel 103.3 ».

A noter plus particulièrement :

  • Une modification de l’article 75 j du code local des impôts afférent aux déductions des charges en matière d’impôt sur le revenu. Cette délibération a pour objectif de permettre aux personnes physiques de déduire les dons versés à l’association du « Collectif sur l’extension du plateau continental » à hauteur de 100 euros pour l’année 2009 ( délibération adoptée à l’unanimité ).

    Lire la suite de ‘Conseil territorial : débat d’orientation budgétaire’

1...56789



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...