• Accueil
  • > Recherche : yannick cambray

Résultat pour la recherche 'yannick cambray'

Page 5 sur 23

Mission d’assistance générale à la passation du contrat de délégation de service public pour la desserte maritime en fret de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon

IMG_0581
Jeudi 23 juillet, les élus de Cap sur l’Avenir Annick Girardin, Stéphane Claireaux, Yannick Cambray et Maïté Légasse recevaient Nicolas Gohel de la société de conseils Advisory Services, en charge de la mise en oeuvre pour le compte de l’Etat d’un appel d’offre pour la délégation de service public de la desserte maritime en fret de l’Archipel.

Forts d’un travail de plusieurs années sur le sujet, les élus de Cap sur l’Avenir ont étayé leurs propos de leurs notes et travaux élaborés sur la question depuis 2004.

Ils ont ainsi renouvelé leur vision de la DSP et insisté à nouveau sur les préalables incontournables que sont :

  • La nécessité de doter notre Archipel d’un véritable service public de la desserte maritime dont la gestion pourrait être confiée à un GIP (Groupement d’Intérêt Public) ou une SEM (Société d’Economie Mixte), seule solution à leurs yeux pour que notre Archipel dispose d’une desserte fiable, viable et pérenne ;
  • La pertinence d’envisager la desserte de SPM de façon globale, via Halifax, mais en incluant aussi celle de Miquelon et celle de Terre-Neuve. Rappelons à ce propos que c’était l’objectif en 2009 de la pétition organisée par Cap sur l’Avenir, signée par plus de 1200 Saint-Pierrais et Miquelonnais, mais que le Président de la Collectivité Stéphane Artano, avait alors royalement ignorée, avec mépris… que de temps perdu… ;
  • Les importateurs locaux ne devraient pas gérer la desserte maritime en fret afin d’éviter toute confusion ou suspicion ;
  • La simplification de la grille tarifaire est pertinente, mais ne doit pas impacter les prix : la contribution des Saint-Pierrais et Miquelonnais doit être identique à celle d’aujourd’hui.

Les élus de Cap Sur l’Avenir ont souligné la nécessité de tenir compte dans l’élaboration de cette nouvelle Délégation de Service Public (DSP) du projet « ferries » de la Collectivité Territoriale et de celui de Hub Maritime de la société NTAC (projet plus connu sous le nom de « Grand Port »). En effet, si ces projets se concrétisent, ils impacteront de manière significative la desserte maritime de notre Archipel. Cette nouvelle DSP ne peut donc être que « transitoire » et ne permettra sans doute pas d’ouvrir ce marché à beaucoup de compétiteurs, d’autant que le calendrier fixé par l’administration pour le déroulement cet appel d’offre est très serré.

Ville de Saint-Pierre : Les élus de Cap Sur l’Avenir plaident l’apaisement et le retour au dialogue dans les conflits avec le personnel municipal et le Club Nautique !

cm.160615

Lors de la séance du Conseil Municipal de Saint-Pierre de ce mardi 16 juin, les élus de Cap Sur l’Avenir sont intervenus pour plaider l’apaisement dans les deux conflits qui opposent la municipalité au personnel municipal et aux responsables du Club Nautique.

La déclaration de Yannick Cambray :

Permettez-moi, Madame le Sénateur-Maire de revenir sur deux sujets qui ont fait la « Une » de l’actualité locale ces dernières semaines, je veux parler, vous vous en doutez, du dossier « club nautique » et de celui concernant le mauvais climat social qui règne au sein des services municipaux.

Mon intention n’est nullement ici de « remettre de l’huile sur le feu », mais tout simplement de vous donner le point de vue des conseillers municipaux de « Cap sur l’avenir » sur ces deux dossiers avec, pourquoi pas, quelques pistes pour apaiser le climat malsain que ces deux sujets entretiennent depuis de trop longs mois.

Concernant tout d’abord le Club Nautique, nous tenons à rappeler que cette association n’est pas qu’un simple club de loisirs. Certes, cet aspect est bien présent dans leurs objectifs, mais pas que cela, et vous le savez parfaitement. Le Club nautique exerce des missions « nobles », tant au niveau formation, qu’au niveau « secours en mer », voire même de promotion touristique. Il nous apparait important de souligner ici.
Leur « déménagement » (pour éviter de dire leur « expulsion »), du bâtiment municipal qu’ils occupaient depuis de nombreuses années maintenant, débouche aujourd’hui sur un dialogue de sourds, voire une impasse dont il faut absolument sortir.
Afin de débloquer la situation, nous préconisons un retour à plus de sérénité dans les échanges. Nous nous réjouissons de la volonté que vous avez exprimée au journal télévisé de vendredi, de vouloir renouer le dialogue. Nous ne pouvons que vous y encourager, et dans la juste ligne de votre proposition d’aide au club de plongée, nous vous invitons à organiser le plus vite possible une réunion de travail avec l’ensemble des acteurs locaux (Services de l’Eat, Conseil Territorial, Municipalité et Club nautique…) pour trouver à cette association – que nous pourrions qualifier d’utilité publique – un nouveau local situé en bord de mer afin qu’ils puissent poursuivre leurs activités dans de bonnes conditions au service de la population. Au moins pour la saison à venir, le temps de réfléchir à plus long terme.
Essayons de sortir de ce conflit par le haut et arrêtons les règlements de compte par voies médiatiques qui n’entrainent que crispations, énervements et blocages.
Il faut en effet trouver une « porte de sortie » à ce conflit à la veille de la période estivale.

Autre sujet qui à fait l’actualité municipale : le « climat social ». Un climat social qui semble mal en point au sein des services municipaux. Ici encore il convient de revenir à un dialogue plus normal et institutionnalisé avec les syndicats.
Il y a quelques mois, lors d’une précédente séance du Conseil Municipal, nous avions évoqué avec vous cette question de l’émergence de difficultés relationnelles entre le personnel et la municipalité que nous sentions alors monter.
A l’époque, vous nous aviez en réponse assuré que tout allait bien…
Preuve est faite aujourd’hui, étant donné les derniers événements, que ce n’était pas vraiment le cas.

Là encore, il serait facile pour nous d’enfoncer le clou par des critiques, mais notre seul objectif et de souhaiter un retour à une situation plus saine.

La gestion des ressources humaines n’est pas une pratique simple ou facile, mais ce retour à une situation saine espéré passe obligatoirement par le dialogue, la présence sur le terrain des cadres municipaux et des élus dirigeants que vous êtes et l’écoute du personnel.
Les élus, la direction administrative et le personnel doivent sentir qu’ils font tous partie de la même équipe, d’une même « famille » oserais-je dire, et cela dans l’intérêt de la Mairie et au final, au profit de la population.
Une nouvelle fois, nous préconisons l’apaisement et le dialogue, dans le respect de chacun, afin, d’encore une fois, sortir par le haut de ce climat malsain qui est préjudiciable à tous.
Merci de votre attention.
Yannick Cambray
Conseiller Municipal de Cap sur l’avenir

Dossier SIFPA : « la plus grosse affaire politico-financière de l’Archipel » selon Yannick Cambray

agyc200112

Suite à la publication du rapport de la Chambre Territoriale des Comptes sur la gestion calamiteuse de la Société d’Investissement de la Filière Pêche de l’Archipel (SIFPA) présidée par Stéphane Artano, Yannick Cambray, qui était à l’époque des faits conseiller territorial d’opposition de Cap sur l’avenir, déclare ne pas être étonné des commentaires du rapport et dénonce la plus grosse affaire politico-financière qu’a pu connaître l’Archipel !

  • L’intervention de Yannick Cambray sur les ondes de SPM 1ère : 

Ce rapport sera présenté au Conseil territorial en séance officielle ce lundi 1er juin.

Le scandale éclate au grand jour !

La Chambre Territoriale des Comptes de Saint-Pierre et Miquelon vient de publier sur son site internet son « fameux » Avis sur la gestion de la Société d’Investissement de la Filière Pêche de l’Archipel (SIFPA)

Nous comprenons mieux désormais pourquoi cet Avis n’a pas été joint avec la convocation envoyée à chaque conseiller territorial pour la séance officielle du mardi 19 mai 2015 comme l’exigeait la Loi !

Cet Avis est en effet « cruel » pour le Président du Conseil Territorial dans le contexte de ce que l’on appelle plus familièrement « l’affaire Seafood ».

Alors que cette Autorité administrative et financière a plutôt l’habitude de pondérer ses jugements, les termes employés par la Chambre dans cet avis sont graves, accusateurs, précis et particulièrement accablants pour sa gestion !

En voici quelques exemples :

- « graves faiblesses juridiques »

- « Plusieurs dysfonctionnements dans la gestion des financements publics »

- « La SIFPA ne s’est pas assurée du bon emploi des financements publics »

- « La SIFPA a particulièrement manqué de rigueur et d’attention aux fonds publics »

- « Le rachat par la Collectivité des actions détenues par la Société Louisbourg Seafood Investissements SAS est une opération dont la régularité est incertaine »

- « Une évaluation non finalisée »

- « La valeur des actifs cédés a été fixée avec des conséquences majeures pour le budget de la Collectivité Territoriale »

- « La Collectivité a donc payé 922 850 euros en sus »

- »Concernant les travaux et acquisitions de matériels, et alors que cette responsabilité lui incombait, la SIFPA, lors des phases de mandatements, n’a pas vérifié la réalité des investissements réalisés »

- « Des investissements subventionnés dits « à venir », évalués à 1,25 Million d’euros ont été annulés par un expert, assortis, dans un tableau, de la mention « fausses factures »"

- « La Chambre s’interroge sur la sincérité des comptes de la SIFPA »

Cette énumération de termes particulièrement choquants doit tous nous interpeller !

Lorsque l’on parle de « fausses factures », de « dysfonctionnements », de « manque de rigueur et d’attention », lorsque la Chambre s’interroge sur la sincérité des comptes de la SIFPA que préside le Président de la Collectivité Territoriale, c’est extrêmement grave !

N’oublions pas que ces dysfonctionnements, ce sont les Saint-Pierrais et les Miquelonnais qui les payent par le biais d’un emprunt de 3 Millions d’euros que le Président de la Collectivité Territoriale a contracté au nom de la Collectivité pour financer toute cette gabegie !

Rappelons aussi que pour des propos similaires à ceux employés par la Chambre Territoriale des Comptes dans cet Avis, Annick GIRARDIN et Yannick CAMBRAY ont été poursuivis par le même Président pour ….. diffamation !

Soulignons que tant le Tribunal Correctionnel de Paris que la Cour d’Appel de Paris  ont donné tort à Stéphane ARTANO et que la diffamation n’a pas été retenue envers les élus de Cap Sur l’Avenir. On le comprend mieux à la lecture du rapport de la Chambre !

  •  Le rapport de la Chambre Territoriale des Comptes :

https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Societe-d-investissement-de-la-filiere-peche-de-l-Archipel-SIFPA

 

Y’en a marre des trous et des gueguerres !

CM.1.020415

Lors de la réunion du Conseil Municipal de Saint-Pierre du jeudi 2 avril 2015, les élus d’opposition de Cap Sur l’Avenir ont tenu à souligner deux sujets qui exaspèrent au plus haut point une grande majorité de la population, à savoir l’état désastreux de notre réseau routier et le climat délétère qui existe entre la Mairie de St Pierre et le Conseil Territorial.

Profitant d’une délibération sur le Droit de Débarquement, une taxe douanière qui soulève un enjeu de compétences, le conseiller municipal et porte parole du groupe Cap Sur l’Avenir, Yannick CAMBRAY a déclaré :

« Madame le Sénateur-Maire,

Mesdames et messieurs,

Chers collègues,

Je profite de ce vote pour vous livrer quelques réflexions « pêle- mêle » mais dont certaines ont un lien indirect avec cette délibération.

Je vois déjà certains lever les yeux au ciel ou d’autres soupirer en pensant « qu’est-ce qu’il a à dire encore celui là ! » Désolé, mais il faut bien donner un peu de consistance à cet ordre du jour bien « squelettique » et peu motivant pour les élus que nous sommes.

Voilà un an que nous sommes élus au sein de cette assemblée (eh oui, déjà 1 an !) et nous constatons que bien peu de choses ont évolué, pour ne pas dire quasiment rien.

Rassurez-vous, je ne reviendrai pas sur ce sujet, je l’ai largement développé lors de notre dernière séance.

Comme à chaque printemps, je ne vais pas, non plus, m’étendre outre mesure sur les sujets récurrents qui pointent le bout de leur nez à la fonte des neiges comme celui de l’apparition des fameux « nids de poule », terme inapproprié d’ailleurs étant donné l’état de plus en plus lamentable de notre réseau routier qui fait plus penser aux routes d’une ville touchée par une guerre civile qu’à celle d’une ville bien paisible comme la nôtre. J’exagère à peine ! (permettez-moi en passant, de souligner le travail remarquable des ouvriers de la voirie qui font le maximum pour tenter de parer au plus pressé)

L’Etat de nos rues s’explique du simple fait que la municipalité n’a pas mis les moyens financiers adéquats pour simplement entretenir notre réseau routier au cours des dernières années. Il n’y a donc rien d’étonnant à cet état de fait.

Pour notre part, nous estimons qu’un plan sur 10 ans afin de remettre notre réseau à niveau est plus qu’urgent, un plan sur 10 ans avec un minimum d’1,5 MILLION d’Euros par an !

Pour revenir à cette délibération sur le droit de débarquement, nous allons voter « pour », bien évidemment, puisqu’elle n’entraîne aucune augmentation, une délibération rendue nécessaire, semble-t-il, dans le cadre du fameux débat juridique sur les compétences des collectivités.

Permettez moi tout de même de me faire, ici, le porte parole d’une exaspération qui se fait de plus en plus jour au sein de la population (et que nous partageons) sur l’incessante et fatigante « gueguerre » qui « mine » le débat politique local depuis ces derniers mois et qui épuise nos énergies jusqu’à l’écoeurement ! Je veux parler de la « gueguerre » que se livrent le Conseil Territorial et la Mairie de Saint-Pierre.

Pas une semaine, pas un jour presque, sans qu’une polémique entre le Conseil Territorial et la Mairie ne fasse la « une » de l’actualité et ne pollue les réseaux sociaux. Que de temps perdu ! Que de gâchis financiers ! Quel spectacle navrant pour nos concitoyens !

Que ce soit le financement de l’enseignement privé, celui de la crèche, la desserte de l’île aux marins, le transport scolaire, le traitement de nos déchets via le SYGED, la régie « Espaces Verts » etc…. (et j’en passe et des meilleurs) tout est sujet à polémiques !

En pendant ce temps là, qui paye ? qui subit les conséquences ? qui est pénalisé par ces « gueguerres » continuelles sinon la population ??

Comme je l’ai déclaré en décembre dernier lors du Débat d’Orientation Budgétaire, et de mon point de vue, vivement la collectivité unique pour mettre fin à ce spectacle désolant que Conseil Territorial et Municipalité offrent à nos concitoyens !

On trouve étrange que rien n’avance, que rien ne bouge dans notre archipel ! Normal, puisque les collectivités passent leur temps à se chamailler. Que de temps perdu et d’énergie gaspillé ! Il est temps de siffler la fin de la récréation et de travailler enfin pour l’intérêt général.

Vous savez, à 53 ans, ma carrière politique est derrière moi. Je n’ambitionne à rien. Je me permets simplement de « tirer la sonnette d’alarme » de temps en temps et j’espère tout simplement que les « grands élus » et les adultes responsables que vous êtes censés être se ressaisiront et mettront un terme à ces querelles ridicules et stériles qui ne pénalisent au final que notre archipel et sa population.

Pour ma part, l’une des solutions que je vois et que je défends pour que notre petit archipel de 242 km2 et de 6000 habitants s’en sorte, c’est le passage à une collectivité unique qui mettrait un terme à tout ce gâchis, à cette guerre des « egos » !

L’archipel et sa population souffrent de ce spectacle.

Il faut en sortir….. et VITE !

Merci de votre attention »

Suite à cette intervention, une discussion animée s’est instaurée entre les 5 élus de Cap Sur l’Avenir présents à cette séance et le Sénateur-Maire, Mme Karine CLAIREAUX.

Au final, et sur proposition d’Oswen LAFITTE, un courrier commun majorité-opposition sera rédigé et envoyé au Gouvernement pour tenter d’obtenir une subvention exceptionnelle sur plusieurs années afin de tenter de remettre à niveau le réseau routier de la ville de St Pierre qui se trouve être dans un piteux état.

Une initiative constructive que nous tenions à souligner.

1...34567...23



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...