• Accueil
  • > Transport
  • > Desserte Maritime : Rappel de la position de Cap Sur l’Avenir

Desserte Maritime : Rappel de la position de Cap Sur l’Avenir

Voilà près d’un an que la population attend avec une certaine impatience que les pouvoirs publics trouvent enfin une solution adaptée à nos besoins pour la desserte maritime de l’Archipel.

L’impatience de nos concitoyens est légitime et à quelques jours (semaines ?) du verdict final quant au nouveau schéma arrêté pour la desserte maritime, le Mouvement Cap Sur l’Avenir tient à rappeler sa position sur ce dossier, position exprimée à plusieurs reprises tant sur les ondes de RFO que sur ce site internet.

Lors de la Commission des Services  Publics Locaux qui s’est tenue le 21 janvier dernier, les élus de Cap Sur l’Avenir présents à cette réunion (à savoir Annick GIRARDIN, Pierre SALOMON et Yannick CAMBRAY) ont regretté :

  • La non-prise en compte par l’Etat de l’hypothèse d’un véritable « Service Public » dans les scénarios envisageables pour notre desserte (l’Etat ne parlant que de Délégation de Service Public – DSP);
  • L’absence de réflexion sur la problématique de la desserte maritime de notre Archipel dans sa globalité, c’est à dire incluant le fret, les passagers, tant au niveau de l’inter-îles que de l’international.

Dans l’hypothèse où l’Etat retiendrait la solution « DSP », les élus de Cap Sur l’Avenir ont formulé, toujours au cours de cette Commission du 21 janvier, plusieurs préalables, dont :

  • La reprise du personnel à terre du précédent délégataire Alliance SA et l’embarquement de marins locaux sur le prochain navire qui assurera le transport entre le continent canadien et St-Pierre;
  • La prise en compte de la desserte sur Terre-Neuve dans le périmètre de cette éventuelle DSP;
  • Le refus de dissocier l’empotage et le dépotage des containers du transport des marchandises. Nous sommes contre la solution dite du « palan/sous-palan ».

Nous estimons que depuis près d’un an, l’Etat et la Collectivité territoriale avaient l’occasion d’opérer une réelle remise à plat du transport maritime dans toutes ses facettes et de réfléchir, une bonne fois pour toute, à la mise en place d’un système optimisé et qui réponde aux besoins des St-Pierrais et des Miquelonnais.
De plus, nous devons garder à l’esprit que tout développement économique est conditionné par la mise en place d’une desserte maritime efficace et de qualité, qu’elle soit en marchandise ou en passagers.
On peut disserter tant qu’on veut sur un schéma de développement économique sur 10, 20 ou 30 ans, mais tant que l’Archipel ne disposera pas d’une desserte maritime digne ce ce nom, tant en fret qu’en passagers, tant en inter-îles que vers l’international, tous ces beaux schémas ne resteront qu’à l’état de « beau discours ».

Yannick CAMBRAY

3 Réponses à “Desserte Maritime : Rappel de la position de Cap Sur l’Avenir”


  • de LIZARRAGA Jean

    Dans cette Délégation de Service Public a-t-on pensé aux liaisons passagers et fret entre St Pierre et Miquelon. On se dirige vers la vente de l’Atlantic Jet (seul bateau apte, avec sa rapidité et son confort, au transport de passagers)aussi la question que je me pose est de savoir quel service aurons-nous en remplacement?. Pas un élu (Député, Sénateur, Maires, Conseillers Généraux, Conseillers Municipaux) ne semblent s’inquiéter du véritable problème. Faudra-t-il encore monter un « collectif » ou manifester énergiquement pour que nos responsables (si responsables il y a)se réveillent? Ce n’est pas quand le veau est né que l’on dit que la vache est « pleine », c’est déjà trop tard et le « coup est parti ».

  • Yannick Cambray

    Mon cher Jean,

    Je trouve particulièrement injuste ce que tu viens d’affirmer.
    CSA est le seul mouvement politique a s’être exprimé ouvertement sur ce dossier de la desserte maritime et ce, depuis 2004 !
    Suite aux différentes crises de l’été 2008 nous avons pris notamment les choses en main dès septembre, par le biais d’une enquête et d’un rapport remis aux autorités, afin de faire remonter auprès des décideurs toutes les réflexions de la population que nous avions collectées à ce propos.

    La liaison sur Miquelon a elle aussi été abordée. A ce titre, dans la circulaire que nous avions distribuée à la population le 25 septembre 2008 pour annoncer notre enquête, intitulée « DESSERTE MARITIME, il faut aller de l’avant !! », CSA écrivait : « D’autre part, même si la desserte de Miquelon reste du ressort du Conseil Territorial et n’entre donc pas directement dans le cadre de la Délégation de Service Public, cette problématique doit rester un élément majeur à prendre en compte dans toutes les réflexions. »

    Le rapport : http://spedr.com/i6xg
    Courrier au PCT concernant la desserte sur Miquelon : http://spedr.com/71p1
    Le récapitulatif de nos déclarations sur le transport : http://spedr.com/4axi

    J »ai donc un peu de difficulté à entendre ce que tu dis, car – pour reprendre ton image – sur ce dossier, CSA a agité le chiffon rouge bien avant la première saillie du taureau.

    Bien amicalement,
    Yannick

  • Pierre Marie Cloony

    Yannick et Jean la fin de vos messages m’ont bien Amusé dommage que Noël soit passé on aurait pu chanter allons bergers tous à l’étable,
    pour être sérieux c’est vrai qu’on parle très peu du départ de l Atlanticjet les ballades des missionnaires sous le soleil, c’est plus important,mais il parait qu’on attend quelqu’un le 18 juin,il va peut être entendre et répondre à votre appel, et puis il faut un bon bateau pour aller travailler à TERRE NEUVE faire fortune comme on dit et les voyages forment la jeunesse
    Pierre Marie CLOONY

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



DORDOGNE |
GENERATION ECOLOGIE VITROLLES |
Déclarations -A-tamourthiw |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Françafrique a du coeur
| les illusions perdues
| "Un homme qui crie n'est pa...